En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Klaus Rinke

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste allemand (Wattenscheid, Ruhr, 1939).

Des études de peinture décorative à Gelsenkirchen (1954-1957) puis de peinture murale à l'École Folkwang d'Essen mène Rinke, durant un long séjour en France, de 1960 à 1964 (Paris et Reims), à la réalisation de peintures abstraites composées de formes géométrico-organiques imbriquées. C'est à Düsseldorf, en 1964, qu'il fabrique ses premiers objets en trois dimensions en polyester (cylindres, containers) [Peinture plastique dans l'espace], répondant au désir de créer des formes complètement abstraites, éliminant tout élément descriptif, et induisant une expérience sensible de l'espace. La volonté de pénétrer les processus du réel, en dépassant sa simple représentation, aboutit à un abandon de la peinture. Rinke se préoccupe dorénavant des expériences sensorielles premières telles que la durée, l'écoulement de temps, la distance, le volume ou la gravité.

Une volonté de réconciliation entre l'art et la vie l'amène, à partir de 1969, à utiliser son propre corps comme moyen d'expérimentation et de représentation, travaillant les relations temps/espace/corps sous forme de happenings (Changement de position, 1972) ou de séquences photographiques (Partition sur la démonstration de base, 1972). Ses œuvres se composent fréquemment de formes géométriques simples comme le cercle, de lignes géométriques et de fils à plomb (Triptyque de la pesanteur, 1971), de pendules. L'eau, matière fluide et instable, intervient régulièrement comme moyen spécifique de description du temps (l'écoulement) et de la gravitation, dans ses œuvres (Douze tonneaux d'eau puisée au Rhin, 1969 ; Tout autour de moi, vidéo, galerie Gerry Schum, 1971), sous forme de bidons, de tuyaux ou de flaques. En 1974, Rinke est nommé professeur à l'Académie de Düsseldorf. Des dessins aux lignes courbes et fluides, qui apparaissent en 1978-1980, " souvenirs de formes embryonnaires ", sont issus de motifs vus lors d'un voyage en Australie. En 1981-82, de grands dessins au graphite, suite dite " de Néanderthal " déploient de grandes formes arrondies ou osseuses, motifs que Rinke développe avec des couleurs vives en 1984-85. En 1985, il réalise dans le forum du Centre Pompidou à Paris un environnement monumental, l'Instrumentarium, qui synthétise l'ensemble de son répertoire formel. Son œuvre a fait l'objet d'expositions nombreuses : 1976, Paris, musée d'Art moderne de la Ville de Paris ; 1978, Hambourg, Kunsthalle ; 1986, Reims, Palais du Tau.