En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Orazio Riminaldi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Pise 1593  – id. 1630).

Il se forma dans le milieu maniériste de Pise et, lors de son arrivée à Rome, vers 1610, il trouva en O. Gentileschi le maître le plus apte à l'introduire aux principes du naturalisme caravagesque. Ses meilleures œuvres sont inspirées directement du maître lombard : le Martyre de sainte Cécile (Pise, S. Caterina), notamment, dérive du Martyre de saint Mathieu de Saint-Louis-des-Français. Riminaldi fut attiré aussi par Manfredi, dont il subit parfois si fortement l'influence que les œuvres des deux artistes ont été parfois confondues (le Caïn et Abel de Pitti, à Florence, n'a été que récemment rendu à Riminaldi), ainsi que par Lanfranco. À son retour à Pise, en 1626, il introduisit dans la ville la connaissance du caravagisme avec deux toiles pour la tribune de la cathédrale (Moïse et le serpent, David et les Philistins), exécutées probablement à Rome. Mais, en raison de sa mort précoce, survenue lorsqu'il venait de terminer la décoration à fresque du dôme de la cathédrale, et du climat conservateur de Pise, son exemple n'eut guère de suite.