En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Elias Ridinger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, dessinateur et graveur allemand (Ulm 1698  – Augsbourg 1767).

Après un bref apprentissage chez C. Resch à Ulm, il se rend v. 1710 à Augsbourg chez J. Falch, peintre de délicates natures mortes de plantes et d'animaux, où il acquiert le goût de la technique et des détails minutieux. À partir de 1719, il séjourne trois ans chez le comte Metternich à Ratisbonne, où il participe à des chasses à courre et visite l'école d'équitation. De retour à Augsbourg, il se perfectionne à l'Académie auprès de Rugendas. Il fonde son atelier de gravure en 1723. Si ses peintures sont rares, ses très nombreuses estampes au burin et à l'eau-forte font bientôt de lui l'une des principales figures de la gravure d'Augsbourg, avec Rugendas et Nilson. Il devient directeur de l'Académie en 1759. Son œuvre gravé (env. 1 600 pièces pour la plupart réunies en recueils) représente presque exclusivement des scènes de chasse dans des paysages de la Forêt-Noire minutieusement décrits, des combats d'animaux et des chevaux de manège, auxquels il adjoint de longs textes didactiques ou moralisants. L'art de Ridinger, caractéristique du style ornemental du Rococo, de la culture encyclopédique de l'Aufklärung, est aussi nourri de la leçon des maîtres anciens et modernes : ses dessins présentent des réminiscences de Cranach et de Potter, alors qu'on rencontre des motifs de Rubens et de Roos dans ses gravures. À sa mort, ses fils Martin Elias et Johann Jakob continuèrent à éditer ses œuvres qui furent appréciées très avant dans le xixe s. par les amateurs d'estampes, les amoureux de la chasse et les naturalistes.