En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marx Reichlich

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (v. 1460 – apr. 1520, vraisemblablement dans la région de Brixen).

On sait par des documents qu'il est, en 1489, dans le Tyrol, puis bourgeois de Salzbourg à partir de 1494, où sans doute il réside, travaillant dans l'entourage de Pacher. Le retable peint exécuté en 1499 pour l'église Saint-Lambert ne nous est pas parvenu. En 1508, l'artiste est chargé par l'empereur Maximilien de décorer de peintures à fresque le château de Runkelstein, près de Bozen. Son style comme sa conception artistique évolueront de la manière du Maître d'Uttenheim et du Maître de la Présentation de Wilten à celle de Pacher. Il se peut que ce dernier lui ait démontré la nécessité de s'initier directement à l'art italien. Mais ce ne fut sans doute qu'après la mort de Pacher que Reichlich partit pour l'Italie, où il subit, à Venise en particulier, l'influence durable des Bellini, de Giovanni Mansuetti et de Vittore Carpaccio. C'est à l'école vénitienne qu'il doit ce coloris lumineux, que l'on remarque chez lui pour la première fois vers 1500/1502. À partir de 1506, Reichlich semble s'être rapproché des peintres contemporains de l'école de Salzbourg et de leurs prédécesseurs (K. Laib, Maître de Grossgmain et les deux Frueauf). Principal représentant de l'art du Rhin supérieur, il exerce déjà à cette époque une influence sur les maîtres de l'école du Danube, en particulier sur Lucas Cranach. Sa dernière œuvre connue est le retable à volets de Heiligenblut (1520), où les réminiscences vénitiennes sont nombreuses. Les remarquables créations de Reichlich résument l'évolution inspirée par Pacher et en marquent l'aboutissement.

Partant de quelques peintures signées M. R., on a groupé 14 œuvres, ou groupes d'œuvres, pouvant être considérées comme certaines : l'Épiphanie provenant de Wilten (1489, musée d'Innsbruck), l'Épiphanie de l'église de Mitterolang, la Nativité et Ecce homo (musée de Lienz), la Présentation de Marie au Temple et la Visitation, qui, en raison des armes de la ville, doivent provenir de Hall dans le Tyrol (1501-1502, Vienne, Österr. Gal.), 2 panneaux de prédelle (v. 1502, musée d'Innsbruck), 4 panneaux de retable avec des Scènes de la vie de Marie de Neustift (1502, Munich, Alte Pin.), 2 volets du retable, dont l'un avec le donateur Florian Waldhaus et ses patrons (Hall, hôtel de ville), le retable de saint Jacques et saint Étienne de Brixen (1506, Munich, Alte Pin.) avec des Scènes de la vie de saint Jacques et de saint Étienne, le Couronnement d'épines et la Flagellation.