En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Raoux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Montpellier 1677Paris 1734).

Il fut l'élève d'Antoine Ranc à Montpellier, où il peignit Ariane à Naxos (1701, musée de Montpellier), et de Bon Boullogne à Paris, où il remporta le premier prix de l'Académie (1704). Il séjourna à Rome, à Florence, à Padoue, où il laissa l'Annonciation et la Visitation (cathédrale), à Venise, où il devint le favori de Philippe de Vendôme, grand prieur de l'ordre de Malte, qui l'hébergera au Temple (1714), faveur qui lui sera octroyée (1719) par son successeur Jean Philippe, chevalier d'Orléans, bâtard du Régent. Pygmalion amoureux de sa statue (1716, Louvre, déposé au musée de Montpellier) est son morceau de réception à l'Académie royale présenté le même jour que le Pèlerinage à Cythère de Watteau (28 août 1717). Raoux a peint quelques portraits, comme Joseph Bonnier de La Mosson (musée de Montpellier), Joachim Colbert, évêque de Montpellier (id.), Françoise Prévost, danseuse de l'Opéra (1723, musée de Tours), parfois représentés à l'antique (Mme Boucher, née Perdrigeon, en vestale (1734, Versailles). Dans des sujets de genre, comme la Jeune Fille lisant une lettre (Louvre), il imite Netscher ou Schalken, plus que Rembrandt, à qui le comparait indûment Voltaire.