En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Ranson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et décorateur français (Limoges 1861  – Paris 1909).

Après quelques années d'études à l'École des arts décoratifs de Limoges, puis à celle de Paris, il entra, en 1888, à l'académie Julian, où il subit fortement l'influence de Sérusier, propagandiste des idées de Gauguin et d'Émile Bernard. L'atelier de Ranson et de sa jeune femme, situé boulevard du Montparnasse, devint, autour de 1890, le centre de réunion des Nabis et prit le surnom de " Temple ". Ranson a obéi jusqu'à l'exclusive au dogme nabi de peintre-décorateur, et l'on retrouve dans son style, mêlées avec plus ou moins de bonheur, les réalisations du Modern Style et les théories de Pont-Aven sur la simplification des formes et l'aplat de la couleur. Son iconographie (Femmes en blanc, 1894, laine sur canevas, Paris, musée d'Orsay) est empruntée à un symbolisme un peu étroit, qu'avec plus d'observation et d'esprit Bonnard, Vuillard ou même Maurice Denis avaient évité dans leurs décorations.

Le nom de Ranson resta associé à celui de l'académie fondée en 1908, peu avant sa mort précoce, et que sa femme continua de diriger. Les amis de l'artiste, en particulier Sérusier et Maurice Denis, vinrent y enseigner. Située à Paris rue Joseph-Bara, l'académie a été, en 1968, livrée à la pioche des démolisseurs.