En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcantonio Raimondi

dit en français Marc-Antoine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Graveur italien (Bologne 1480  – id. v. 1534).

On connaît peu sa biographie, bien que Vasari lui ait fait place dans ses Vite. Il fut élève de Francesco Francia, auprès de qui il apprit sans doute le dessin et l'art du nielle. Dès 1504, sa réputation était établie. Il se rendit à Venise, puis à Florence, avant de se fixer à Rome, probablement en 1510. Au cours des premières années de sa carrière, il est influencé par ses devanciers italiens, dont Campagnola, par Dürer, dont il copie les œuvres, et par Lucas de Leyde. Il est déjà artiste expérimenté lorsqu'il connaît Raphaël, dont il devient le graveur attitré, ce qui lui confère un rôle capital dans l'histoire de l'estampe. Marc-Antoine a répandu dans l'Europe entière les compositions du maître et de son entourage. En 1525, il est emprisonné pour avoir gravé les 16 Modi (" postures ") d'après Giulio Romano, qui inspirèrent à l'Arétin ses Sonneti lussuriosi. On perd sa trace après le sac de Rome de 1527. Sa manière romaine, d'abord délicate et fine (Didon, Lucrèce), gagne ensuite en force et en expression (Jugement de Pâris, Massacre des Innocents et surtout la Pietà dite " au bras couvert ", pour la distinguer d'une autre version où le bras est nu).