En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Rabiella

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres espagnols.

Pablo I Rabiella Diez (Saragosse v. 1660  – id. 1719) et Pablo II Rabiella Sanchez (Saragosse v. 1700 – id. 1764). Encore insuffisamment étudiés, ces deux peintres, le père et le fils, suivent avec un certain talent, pendant les deux premiers tiers du xviiie s. et tout à fait à l'écart des nouveaux courants madrilènes, la voie baroque ouverte par leur aîné Vicente Verdusán, mais dans une note plus tumultueuse et tourmentée. Le peintre et théoricien Palomino y Velasco loue Rabiella père comme peintre de batailles, et Ceán Bermudez, qui juge son dessin peu correct, reconnaît que sa " facture abrégée " le sert heureusement dans ce genre de sujets. À juste titre, si l'on en juge par la grande composition pleine de fougue et de vigueur qui montre l'Apparition de saint Jacques à la bataille de Clavijo (chapelle de Santiago à la Seo) en face d'une sombre et dramatique Arrestation du Christ.

Même avec des figures statiques (comme Saint Pierre et Saint Paul du musée de Saragosse, ou les Apôtres de la Sociedad de Amigos del País), l'emphase héroïque qui les secoue justifie la définition de Pablo Rabiella par l'historien d'art madrilène Enrique Lafuente : " une espèce de Valdés Leal aragonais ". Pablo II Rabiella Sanchez, son fils, prénommé également Pablo, fut son continuateur dans le même style (chapelles S. Marcos à la Seo, S. Juan Bautista à la basilique du Pilar). Il forme un trait d'union entre les peintres du début du xviiie siècle et le jeune Goya, qui put le connaître lors de ses débuts à Saragosse.