En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Quellinus

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres flamands.

Erasmus (Anvers 1607  – id. 1678). Fils et élève du sculpteur Erasmus Quellinus, frère du sculpteur Artus et du graveur Hubert Quellinus, il fut inscrit comme peintre à Anvers v. 1633-34. Disciple de Rubens, il participa avec celui-ci en 1635 à la décoration d'Anvers pour l'Entrée solennelle de Ferdinand d'Autriche, puis de 1636 à 1638 à la décoration de la Torre de la Parada ; quelques-unes des œuvres provenant de ce pavillon sont conservées au Prado : l'Enlèvement d'Europe, Bacchus et Ariane, la Mort d'Eurydice, Jason et la Toison d'or, les Harpies, Cupidon monté sur un dauphin. À la mort de Rubens, Erasmus devint peintre officiel d'Anvers et dessinateur attitré de l'imprimerie Plantin ; son succès fut considérable, et il réalisa des commandes officielles pour les municipalités d'Anvers, de Gand et même d'Amsterdam. On lui doit de nombreuses compositions mythologiques ou religieuses (Jésus chez Marthe et Marie, musée de Valenciennes ; Salomon et la reine de Saba, musée de Lille ; Artémise, 1652, université de Glasgow ; la Sainte Famille, musée d'Anvers) ainsi que des portraits (Portrait d'enfant, id.). Erasmus fut peintre de batailles, comme en témoignent, aux M. R. B. A. de Bruxelles, 8 esquisses exécutées pour le comte de Tour et Taxis, esquisses qui peuvent être rapprochées de tapisseries conservées au château de la maison princière de Tour et Taxis à Ratisbonne. Enfin, il faut noter qu'il travailla encore pour des peintres de natures mortes (P. Boel ou J. Fyt) et de nombreux peintres de fleurs, dont le célèbre Daniel Seghers, qui lui demandèrent d'exécuter les personnages de leurs tableaux de guirlandes. Il collabora avec son beau-frère J. Philippe Van Thielen (Vierge à l'Enfant, ornée de fleurs, Offices et Vienne [K. M.]), Daniel Seghers (la Vierge et l'Enfant écrasant le serpent, Dresde, Gg) et J. Van Son.

Jan Erasmus (Anvers 1634 – Malines 1715). Fils d'Erasmus, il fut son élève. En 1660-61, il était maître à la gilde de Saint-Luc d'Anvers. Il séjourna en 1662 à Florence, Venise et Rome, puis résida jusqu'en 1668 chez les Augustins de Bruges. Vers 1680, il devenait peintre de l'empereur Léopold Ier (Miracle de saint Hugues, 1685 ; musée d'Anvers). En 1712, enfin, il se fixait à Malines (la Dernière Cène, Malines, église Notre-Dame). Jan Erasmus recherchait le faste dans ses compositions, mais, meilleur dessinateur que peintre, il a une couleur très lourde et il apparaît comme un artiste secondaire, bien éloigné de Véronèse, à qui on le compara parfois.