En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Pérez ou les Peris

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres espagnols.

Antonio (documenté à Valence de 1404 à 1422). Il appartient à une dynastie de peintres valenciens qui remonte à la reconquête de la cité ; il est le premier dont l'œuvre soit identifiée. Sa personnalité a été définie grâce à un panneau du retable de la chapelle Saint-Grégoire et saint Bernard d'Alcira commandé en 1419 pour la cathédrale de Valence. Son style, caractéristique du mouvement international, conjugue l'idéalisme italien avec certains éléments expressionnistes nordiques. On lui attribue les peintures réunies autrefois sous le nom du Maître de Olleria, à savoir : le Retable de la Vierge de l'Espérance (Pego, église S. Maria), le Retable de la Vierge au lait (Valence, musée des Beaux-Arts) et le Retable d'Ollería (Prado, cath. de Valence).

Gonzalo (documenté à Valence entre 1404 et 1451, l'année de sa mort). Fils d'Antonio, il est le représentant le plus doué de la seconde phase de la peinture internationale à Valence. Les archives font état de 26 retables le concernant, entre 1404 et 1443. Il continue et amplifie la manière de Pedro Nicolau (†1408), dans l'atelier duquel il a dû se former et ses premières œuvres sont nourries des mêmes éléments italiens et flamands. Sa plus ancienne œuvre conservée, Saint Clément et sainte Marthe (1412, cath. de Valence), révèle un artiste élégant par le graphisme ondulant des draperies et le choix des tissus aux motifs orientaux, tout en gardant pour le personnage masculin un faciès expressionniste hérité de Marzal de Sax. En 1427, il exécute des Têtes de rois avec J. Mateu (4 à Barcelone, M.A.C.) pour la Casa de la Ciudad de Valence. Le Retable de sainte Barbe (id.) et les panneaux de Saint Michel (Édimbourg, N.G. of Scotland) et Saint Barthélemy (Worcester Art Museum) témoignent d'un style arrivé à maturité avec des formes plus amples, un modelé accusé et une gamme colorée brillante et variée. Ces qualités s'affirment dans le Retable de saint Martin, sainte Ursule et saint Antoine abbé (Valence, musée des Beaux-Arts) chef-d'œuvre du gothique valencien où s'équilibrent la vigueur formelle et l'élégance aristocratique proche de celle d'un Pisanello.