En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pseudo-Jacopino di Francesco ou Jacopo da Bologna

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (actif à Bologne dans le deuxième quart du xive s. ).

Cet artiste fut d'abord identifié avec un certain Jacopino di Francesco, connu par des documents de 1360 à 1383. De récentes recherches ont prouvé que l'auteur de peintures groupées sous ce nom appartenait à une génération antérieure, celle de Vitale da Bologna. Il s'agit d'un artiste de premier plan, qui est donc avec Vitale le cofondateur de l'étonnante école de Bologne du xive s., mais qui doit rester anonyme tant qu'un document le nommant ne peut être mis en rapport avec l'une des œuvres groupées (principalement par R. Longhi) sous le nom de Jacopino di Francesco. Récemment, la lecture de la date 1333 au revers du triptyque du Louvre qui appartient à la même génération a confirmé sa situation chronologique.

Après les peintures qui semblent les plus anciennes, comme les Obsèques de saint François de Rome (Pinacoteca Vaticana), le Couronnement de la Vierge (Bologne, P.N.) où se note une admiration initiale pour l'école de Rimini (dont témoigne aussi la Crucifixion du Petit Palais d'Avignon), la grande fresque de Saint Jacques à la bataille de Clavijo, récemment contestée (Bologne, église S. Giacomo, exposée à la P. N. de Bologne), et après une brève apparition dans l'équipe des fresquistes de l'église de Mezzaratta, le peintre accentue le caractère bolonais et la violence de son langage, dont témoignent des œuvres comme le cruel Crucifix (Bologne, église S. Giovanni in Monte), la Crucifixion mouvementée (de Philadelphie, Museum of Art, coll. Johnson) ou la série si vive des polyptyques (Bologne, G. N.) du Couronnement de la Vierge (avec des Saints et la Crucifixion), qui vient de S. Domenico, de la Dormition de la Vierge (avec 8 scènes de la Vie du Christ et de Saint Grégoire) et de la Présentation au Temple (avec des Saints et la Pietà), provenant de S. Maria Nuova. C'est un protagoniste de la diffusion de la culture bolonaise dans les régions de la vallée du Pô, et l'on reconnaît sa présence à Mantoue, dans des œuvres qui lui sont attribuées, et de façon certaine à Vérone (le Baptême du Christ, la Vierge à l'Enfant avec quatre saints, la Vierge à l'Enfant avec saint Gothard, fresques à S. Anastasia).