En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Georg Platzer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Sankt Michael in Eppan, Tyrol, 1704  – id. 1761).

Fils du peintre Johann Victor Platzer, il est l'élève de son beau-père, Josef Anton Kessler, et de son oncle Christoph Platzer à Passau. À partir de 1721, il séjourne principalement à Vienne. En 1728, il y est élève à l'Académie. Poussé par le goût des petits tableaux de cabinet hollandais, influencé par Ottmar Elliger et par les peintures maniéristes tardives de la collection de Rodolphe II, il crée le type de la réunion galante viennoise, qui sera repris par son ami Janneck. (Scène galante dans un parc, Augsbourg, Staatsgalerie). Albert von Sebisch de Breslau, en mission à Vienne entre 1728 et 1730, le soutient et collectionne ses petites peintures sur cuivre, dont 13 sont aujourd'hui au musée de Wroclaw. Les sujets préférés de Platzer sont les fêtes galantes ou les fêtes mythologiques, parfois très mouvementées et souvent disposées en pendants (Bacchus et Ariane et Combat des Centaures et des Lapithes, Louvre). On y retrouve les caractéristiques de l'artiste : chromatisme étincelant, facture de miniaturiste, surcharge de personnages et d'accessoires, richesse du décor des objets et des costumes, lourdeur des drapés et des tapis, blanc de perle des chairs féminines, fonds gris argent ou bleu-vert (Réunion galante, musée de Prague ; le Concert, musée de Nuremberg). L'Atelier du peintre et l'Atelier du sculpteur (Vienne, Historisches Museum) figurent parmi les réussites de l'artiste. Celui-ci exécuta aussi quelques tableaux religieux de format plus important (la Pêche miraculeuse, Salzbourg, Residenzgal. ; l'Adoration des rois, tableau d'autel, Montiggl, Dreikönigskirche).