En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giovanni Battista Piranesi, dit en français Piranèse

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Mogliano Veneto 1720  – Rome 1778).

Il reçut sa première formation à Venise, où, ayant décidé de se consacrer à l'architecture, il étudia auprès de différents architectes et scénographes. C'est par ailleurs auprès d'un graveur qu'il apprit, selon l'usage de l'époque, ses premiers rudiments de perspective. Il fut sans doute marqué, pendant cette période, par le climat néo-palladien dans lequel se développait l'architecture vénitienne ainsi que par la connaissance de Bibbiena, dont il dut lire avec passion l'Architettura civile, parue en 1711. En 1740, il était à Rome à titre de dessinateur de l'ambassade vénitienne : c'est là que, pratiquant la gravure dans différents ateliers spécialisés et ayant accès à la célèbre collection d'estampes du cardinal Corsini, il s'orienta de façon décisive vers l'eau-forte, technique qu'il allait adopter comme son unique moyen d'expression. (Piranèse eut aussi une activité d'architecte, qui resta toutefois secondaire et qui fut surtout une application des principes énoncés dans ses gravures.) En 1743, date de la publication de la Prima Parte di architetture e prospettive, une culture vénitienne essentiellement architecturale se révèle dans ses planches aux constructions grandioses, où son imagination, déjà fertile, est guidée par le souvenir de ses expériences dans le domaine de la scénographie. De retour à Venise la même année, Piranèse fréquenta, selon certaines sources, l'atelier de G. B. Tiepolo. C'est donc à partir d'un substrat vénitien que prit naissance la vision de celui qui allait devenir l'un des représentants les plus significatifs de la culture romaine du xviiie s. C'est encore à Venise, en 1744, que Piranèse élabora ses premières idées pour les Caprices et les Prisons, dont il prépara les cuivres l'année suivante à Rome, mais qui ne furent publiés qu'en 1750 sous le titre d'Invenzioni Caprici di Carceri. C'est en 1745 également qu'il aborda pour la première fois le thème de la " veduta ", avec 27 petites planches publiées dans un recueil d'illustrations de Rome par l'éditeur Amidei : en même temps que son génie de visionnaire se déploie librement dans les divagations nocturnes et hallucinantes des Prisons, l'artiste affronte la représentation d'après nature selon les règles de la " veduta " réaliste, dont Rome revendiquait à juste titre la paternité. On peut déceler là le conflit entre l'attrait spontané pour le fantastique de Piranèse poète et l'exigence d'objectivité de Piranèse érudit, bientôt archéologue et théoricien, conflit qui conditionnera dorénavant toute l'activité de l'artiste en donnant à son œuvre cette puissance de suggestion à laquelle l'Europe entière sera sensible.

Les 30 planches des Antichità romane dei tempi della Repubblica, publiées en 1748, sont le premier fruit de cette dialectique ; la critique y voit par ailleurs le moment où les liens du maître avec Venise se relâchent pour faire place à une participation plus directe à la vie culturelle romaine. Il est certain que les intérêts archéologiques de l'artiste y prennent une forme plus concrète et que le sujet même de la publication annonce clairement la prise de position théorique qui fera de Piranèse l'adversaire déclaré du programme archéologique de Winckelmann et de ses adeptes. Avec Piranèse, le mythe de la Rome antique s'affirme avec la force évocatrice que seule une imagination passionnée peut alimenter ; à la lutte que le théoricien engage avec ses contemporains correspond le combat entrepris par l'artiste contre le temps, qui détruit et enfonce dans l'oubli les civilisations. L'eau-forte, dont le graveur perfectionne prodigieusement la technique, est mise au service de cette double bataille ; elle est non seulement un moyen d'expression, mais aussi un puissant instrument de propagande et de divulgation qui soulève des polémiques à l'échelle internationale. Ressusciter le passé en fixant sur le papier les images des monuments antiques découverts par les fouilles et des ruines majestueuses qui servent de cadre à la vie contemporaine, établir des répertoires et proposer des reconstitutions archéologiques, telles sont les tâches qui occupent de façon obsédante les trente dernières années de la vie de Piranèse. Il ne lui en faut pas moins pour terminer les deux volumes des Vedute di Roma, commencées en 1748 et parues l'année de sa mort. Entre-temps, il achève les 4 tomes des Antichità romane, qu'il publie en 1756 ; il donne une forme encore plus tourmentée et angoissante à ses visions dans la seconde version des Carceri d'invenzioni, gravés et publiés en 1760-61 ; il édite son principal traité théorique : Della magnificenza ed architettura dei Romani, illustré de 38 planches qui commentent de façon éloquente la thèse soutenue par l'auteur, à savoir que, " en fait d'architecture, les Romains n'ont été redevables que de peu ou de rien aux Grecs " (1761) ; il joint la spéléologie à l'archéologie pour réaliser l'ouvrage Descrizione e disegno dell'Emissario del Lago Albano (1762-1764), dont les 9 planches lui permettent de rattacher au réel les abîmes obscurs et souterrains de ses rêves ; il élargit son champ de recherches aux villes de Cori (Antichità di Cora, 1764) et de Paestum (Différentes Vues de l'ancienne ville de Pesto, 1778) ; il rassemble les recueils Diverse Maniere d'adornare i camini ed ogni altra parte degli edifizi (1769) et Vasi, Candelabri, Cippi, Sarcofagi, Tripodi, Lucerne ed Ornamenti antichi (1778), destinés à devenir dans toute l'Europe l'un des répertoires les plus importants des motifs du Néo-Classicisme.

La personnalité de Piranèse occupa une place assez particulière dans la culture européenne du xviiie s. : tout en s'opposant à la légèreté frivole du Rococo, l'artiste refusa les idéaux simplistes auxquels semblait vouloir s'arrêter l'archéologie au moment où elle prenait forme de discipline scientifique. La portée philosophique de son œuvre, visant à saisir les aspects contingents de l'histoire pour les revitaliser à travers l'image que lui en offrait sa conscience d'homme moderne, fut fondamentale pour les générations qui le suivirent ; sans doute n'a-t-elle pas encore cessé, aujourd'hui, d'exercer son influence. L'érudition récente a mis en valeur le rôle qu'il exerça sur les jeunes Français à Rome (Desprez, Legeay, Le Lorrain).

Piranèse fut un admirable dessinateur, l'un des plus grands du xviiie s. italien avec Tiepolo. Ses dessins, généralement à la plume et au lavis, parfois à la sanguine, sont le plus souvent des études d'ensemble ou de détails (personnages), préparant plus ou moins directement ses vues gravées. Griffant le papier avec une vivacité et parfois une nervosité stupéfiantes, jouant, comme dans ses estampes, des contrastes lumineux fournis par l'opposition de traits minces et de zones fortement encrées, Piranèse saisit la complexité d'un vaste paysage ou l'essentiel du geste d'un minuscule personnage avec la sûreté d'œil du visionnaire.

Parmi les cabinets des dessins conservant des feuilles particulièrement impressionnantes, citons ceux de Hambourg, de Copenhague, de Berlin, du British Museum, des Offices, du Louvre et l'E. N. B. A. de Paris.