En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Piper

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Epsom, Surrey, 1903  – Londres 1992).

Il étudia à Richmond, puis suivit les cours du Royal College of Art de Londres et réside, depuis 1935, près de Henley-on-Thames. Il peignit d'abord des paysages, mais, après un voyage à Paris (1933), où il connut Hélion, Braque et Léger, il s'orienta vers l'Abstraction entre 1934 et 1937, créant en particulier de nombreuses constructions abstraites géométriques (Construction, 1934, Londres, Tate Gal.). Il édita, de 1935 à 1937, avec sa femme, Myfanwy Evans, une revue trimestrielle d'Art abstrait, Axis, dont l'influence fut grande. L'intérêt de plus en plus grand qu'il portait à l'architecture, en tant que photographe et que critique d'architecture depuis 1938, le fit revenir à une peinture figurative, essentiellement de paysage et de vues de monuments, et il fut, avec Nash et Sutherland, le chef de file du Néo-Romantisme anglais des années 40. Il a exécuté de nombreux décors de théâtre à partir de 1937, dont 6 pour la première mise en scène des opéras de Benjamin Britten. En collaboration avec Patrick Reyntiens, il a donné des cartons de vitraux, en particulier pour les cathédrales de Coventry (chapelle des fonts baptismaux, 1958) et de Liverpool (1967). Il exécute également de nombreux décors publics, tapisseries pour les Civic Centres (Newcastle, 1968, et Reading, 1975), l'université du Sussex, 1978, l'hôpital du comté de Surrey, Guilford. Il est principalement représenté à la Tate Gal. de Londres : Little-stone-on-Sea (1936), Saint Mary le Port, Bristol (1940), All Saints Chapel, Bath (1942), Somerset Place, Bath (1942), Trois Tours du Suffolk (1958), le Forum (1961), Côte de Bretagne, I (1961), Côte de Bretagne, II (1961), qui lui consacra en 1983 une exposition rétrospective.