En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ernest Pignon dit Ernest Pignon-Ernest

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Nice 1942).

Figures anonymes ou portraits de poètes célèbres (Maïakovski, Rimbaud, Pasolini, Neruda) sérigraphiés ont temporairement peuplé les murs de Paris, de Grenoble, de Nice ou de Naples depuis une vingtaine d'années. Ces " interventions-images " d'Ernest Pignon-Ernest ont été conçues pour chaque lieu comme des images critiques à la dimension d'affiches formant différentes séries titrées : " la Commune " (1972) avec 200 figures de gisants pour la commémoration des événements de la Commune de Paris : " les Hommes bloqués " (1972) à Paris, " les Immigrés " (1975) en Avignon. Ces séries sont préparées par des études au fusain et à la pierre noire dont le dessin, classique, privilégie l'anatomie de ces corps souffrants, pour certaines, ou le réalisme des personnages, pour d'autres — dans le cas, par exemple, des " Expulsés ", présentés à Paris en 1979.

Cette attention portée à la tradition académique du dessin se développe pleinement au cours des années 80 lorsque l'artiste réinterprète les modèles de Rubens ou de Caravage dans la plus pure expression de l'art baroque. Flagellations, crucifixions, pietàs sont les thèmes religieux d'une centaine de sérigraphies créées pour la ville de Naples en 1988.

En 1983, Pignon-Ernest a conçu le projet des " arborigènes ", sculptures biovégétales réalisées à partir de mousse polyuréthanne. Constituées de cellules végétales vivantes, elles représentent l'osmose mythique entre le végétal et l'humain, qu'incarne la figure de la Daphné du Bernin. Une exposition a été consacrée à l'artiste (Nice, M. A. C.) en 1996.