En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pietro di Giovanni d'Ambrogio

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sienne, documenté en 1409/1410 – ? 1449).

Au même titre que Sassetta et Vecchietta, il sut encourager à Sienne le renouvellement des formes apporté par la Renaissance florentine, en en donnant toutefois une interprétation fort personnelle, teintée d'une légère ironie et d'un goût irrationnel tourné vers le fabuleux. Après l'aveu d'emprunts à Masaccio, qui se révèlent dans l'Entrée du Christ à Jérusalem (panneau de prédelle, Parme, Pin. Stuard), et des rapports avec Giovanni di Paolo et le Maître de l'Observance, que laissent supposer les beaux panneaux de prédelle avec des Scènes de la vie de saint Barthélemy (Vatican ; Louvre), il acquiert encore plus de prestige dans le milieu que dominait le goût créé par Sassetta. Ses seules œuvres datées (Saint Bernardin, 1444, Sienne, Osservanza ; l'étendard avec la Crucifixion et le Triomphe de sainte Catherine, 1444, Paris, musée Jacquemart-André ; un autre Saint Bernardin, 1448, musée de Lucignano) présentent des rapports évidents avec les œuvres de Sassetta de la même époque. Il en est de même pour presque toutes les autres œuvres de la même période, toujours aussi remarquables et qu'on lui attribue : le triptyque de la Nativité avec Saint Ansanus et Saint Galganus (musée d'Asciano), plusieurs panneaux dispersés d'un même polyptyque (la Madone à l'Enfant, musée de Brooklyn ; Saint Augustin, musée d'Altenburg ; la Naissance de saint Nicolas, musée de Bâle ; un Miracle de saint Augustin (?), musée de Berlin, le panneau de Parme déjà cité) et la fresque avec la Crucifixion datée de 1446 (Sienne, Palazzo Pubblico).