En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cola Petruccioli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Orvieto, v. 1360  – Pérouse 1401).

Il est mentionné, pour la première fois, le 25 septembre 1372 comme aide d'Ugolino di Prete Ilario dans l'exécution des fresques de la tribune de la cathédrale d'Orvieto. En 1378, il travaille toujours aux côtés d'Ugolino et, en 1380, il peint avec Andrea di Giovanni le " faux chœur " de la tribune. Le 1er février 1380, il signe et date la fresque avec le Crucifix entre la Vierge et saint Jean (Orvieto, crypte de la cathédrale), où, en dehors de celle d'Ugolino, on reconnaît l'influence du Maître de Campodonico. Son style personnel atteint sa maturité dans le diptyque avec la Crucifixion et des saints et le Couronnement de la Vierge (1385, Spello, musée de S. Maria Maggiore). Un petit panneau avec la Madone à l'Enfant et les saintes Véronique, Catherine, Mustiola et Lucie (Venise, coll. Cini), également signé et probablement postérieur de quelques années, témoigne d'une nette anticipation du style gothique international. Un fragment de fresque avec le Crucifix et les saints Jean et Barthélemy n'est pas signé, mais daté (1398, Pérouse, S. Agostino). À partir des rapports évidents qu'elles présentent avec le panneau Cini, il est attribué avec certitude à Petruccioli une série des fresques détachées sans date ni signature, avec les allégories des Vertus, des Vices, de la Vie active, de la Vie contemplative et l'Annonciation, provenant de Pérouse (musée de Budapest).