En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guillermo Perez Villalta

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Tarifa, Cadix, 1948).

Il entreprend en 1966 des études d'architecture à Madrid, puis se consacre à la peinture. Sa première exposition personnelle a lieu en 1972 (Sala Amadis, Madrid).

À la fin des années 70, il déplace une vision surréalisante vers une expression hétérogène, proposant sans hiérarchie le mélange de styles (Kitsch, Art déco, Pop) et de citations d'œuvres. Des personnages sont placés au milieu d'architectures postmodernes défiant les lois de la perspective. D'inspiration mythologique, sa peinture contient de nombreuses références aux maîtres anciens. Ainsi, les figures d'Actéon, de Diane ou de Saturne accompagnent celles de Brueghel, de Velázquez ou de Vermeer. Des scènes religieuses (Visitation ou Baptême, 1987) présentent une transgression de l'histoire sainte alors que l'artiste démystifie les figures héroïques (Conversation Sacrée, 1986). Chaque toile est un fragment insolite de la culture occidentale à travers un langage métaphorique, une métamorphose constante des thèmes : " Je ne cherche à apporter aucune clarification. Le chaos, la confusion, la contradiction sont pour moi fondamentaux. " La plupart des expositions personnelles de l'artiste ont été organisées par des galeries espagnoles de Madrid, de Séville, de Grenade, de Málaga. Son œuvre a été présentée dans des expositions de groupe au Guggenheim Museum en 1980, au Lijevachs Konsthall de Stockholm en 1983, au M.A.M. de Paris en 1987. Elle est conservée dans les collections publiques des musées de Madrid (M.E.A.C. et fondation March), de New York (Guggenheim) et de Séville (musée d'Art contemporain).