En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Peredvijniki

(Ambulants)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Dénomination abrégée des membres de la Société des expositions ambulantes, fondée à Saint-Pétersbourg en 1870 et dont l'un des buts était la propagation à travers le territoire de la Russie d'un art s'adressant à la compréhension des masses populaires. S'opposant à la joliesse routinière de l'Académisme, le nouvel art sacrifiait délibérément l'élément esthétique et technique en faveur du progrès social en devenant instrument d'éducation populaire par le truchement d'une imagerie dénonçant les abus des pouvoirs, l'inégalité des classes et des fortunes, et en s'apitoyant sur la misère et l'ignorance du peuple. La société eut pour fondateurs G. Miassoïedov, I. Kramskoï, N. Gay, V. Perov, K. Makovski, et pour principaux mécènes, les frères Tretiakov et, paradoxalement, le tsar Alexandre III. De 1871 à 1917, 48 expositions des Peredvijniki se sont déplacées entre Saint-Pétersbourg, Moscou, Kiev et des villes de province. Vers 1890, l'emphase accusatoire céda la place à la narration anecdotique, voisinant avec les genres du paysage, du portrait, de l'histoire et du folklore nationaux. La société subsista jusqu'en 1923, et sa première idéologie de mission humanitaire a été adoptée par le Réalisme socialiste.