En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Carl Henning Pedersen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre danois (Copenhague 1913-id.2007).

Autodidacte, il commence à peindre en 1933 et est d'abord tenté par l'Abstraction géométrique, issue de Kandinsky. Sous l'impulsion de Jacobsen, puis de Miró, il évolue à partir de 1937 vers une expression très personnelle où le soleil et la lune, les animaux familiers, dont l'oiseau est privilégié, font cortège à l'être humain en proie à ses songes (le Saint et les Animaux, 1939, Copenhague, cabinet des Estampes). Il est à Paris en 1939 ; à son retour à Copenhague, il prend part aux activités de la revue Helhesten et aux expositions de Hoest (avec Bille, Jorn et Jacobsen notamment). Dans son œuvre peint et dessiné (nombreuses encres de Chine), délibérément accueillant à l'imaginaire, se multiplient les signes avant-coureurs de Cobra (1948-1951), dont il devient membre. Son style s'élargit alors ; le graphisme, toujours en faveur, admet pourtant un jeu plus souple du pinceau avec des couleurs claires (blanc et bleu rosé, jaune d'or), au service d'une poétique qui évoque parfois celle de Chagall (la Danse du coq, 1948, Louisiana Museum ; Paysage romain, 1950, id.). Cet art prend sa source dans un émerveillement sans cesse stimulé par le spectacle de la vie (voyages en Laponie [1946], en Islande [1948], en Grèce [1951], en Turquie [1959], à Ceylan et au Népal [1960]). La couleur, un moment plus discrète dans des tableaux où la spirale, apparemment nonchalante et à demi dénouée, prend à son piège le monde éternel de la fable, reprend bientôt tous ses droits (Oiseau rouge et bateau jaune, 1973, appart. à l'artiste). La première exposition de Pedersen à Paris eut lieu en 1963, à la gal. de France.

Pedersen est représenté dans les musées danois (Copenhague, Louisiana, Aalborg), à Amsterdam, à New York (M. O. M. A.). En 1976, un musée consacré à l'artiste a été inauguré en Hørning (Jutland). En 1983, il est présent, avec huit œuvres, dans l'exposition " Cobra 1948-1951 " du musée d'Art moderne de la Ville de Paris, présentée par la suite à Chalon-sur-Saône et à Rennes.