En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pablo Palazuelo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Madrid 1916-id. 2007).

Il fit des études d'architecture en Angleterre et suivit les cours de la School of Arts and Crafts (1934-1936). Ses premières peintures à partir de 1940, figuratives, sont influencées par Klee. Il réalise d'abord ses premiers dessins abstraits (v. 1947-48) et participe alors à quelques expositions de groupe en Espagne. Boursier du gouvernement français, il vient à Paris en 1948, où il habitera jusqu'en 1960. Il expose, la même année, au Salon de mai et prend part à plusieurs manifestations organisées par la gal. Maeght : les Mains éblouies (1949-50), Tendance (1951-52). Les œuvres de cette époque, d'une abstraction géométrique très rigoureuse, sont composées de plans irréguliers de couleurs pures — rouge, jaune, noir, blanc —, superposés ou juxtaposés dans l'espace, striés de lignes droites et d'obliques. Prix Kandinsky en 1952, Palazuelo fait sa première exposition personnelle à la gal. Maeght en 1955, puis en 1958 et 1963. Après une période encore stricte où dominent les camaïeux (1953-1955), sa peinture évolue vers des rythmes plus naturels, où les courbes trouvent enfin leur place, où se pressent des lignes sinueuses à la manière de Bazaine ou de Manessier, mais il reste fidèle à l'austérité de la matière et aux surfaces lisses. L'exposition de 1963, sur le thème des terres, des pierres et des ondes, confirme les qualités de cette œuvre à l'hermétisme assez hautain, dont l'ascétisme s'oppose au lyrisme plus abondant ou à l'Expressionnisme des autres peintres espagnols. La couleur joue pourtant un rôle plus grand dans cette série, où la chaleur des ocres, terres de Sienne, rouges, bistres s'allie à des noirs profonds et mats dans des formes très épurées, conférant à ces œuvres une allure monumentale. L'artiste vit à Madrid. Il a exposé en 1966 des eaux-fortes et des lithographies à la B.N. de Paris. Les galeries Maeght de Paris, de Barcelone, de Zurich ont organisé des expositions de Palazuelo (1970, 1977, 1978.) À partir de 1980 sa production de sculptures s'accroît. Il réalise pour l'aéroport de Madrid " Landa I ", une œuvre en trois dimensions. De formes rigoureuses et géométriques les sculptures de Palazuelo conjuguent des expressions constructiviste et minimaliste. Ses œuvres figurent à Paris (M.N.A.M.), à Madrid (Fondation March), New York (Guggenheim Museum), Zurich, Rio de Janeiro, Cuenca, Pittsburgh (Carnegie Inst.) et à la fondation Maeght à Vence. Une exposition lui a été consacrée en Espagne (Valence, I. V. A. M.) en 1996.