En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mimmo Paladino

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Paduli, Benevento, 1948).

Il est inscrit en 1964 au lycée artistique de Benevento, où il pratique la peinture abstraite et le collage. En 1977, il expose pour la première fois chez Lucio Amelio et revient à la figuration (Silencieux je me retire pour peindre, 1977). En 1980, à la Biennale de Venise, A. Bonito Oliva parle de " Trans-avant-garde italienne " réunissant Sandro Chia, Francesco Clemente, Enzo Cucchi et Mimmo Paladino. L'artiste exécute des peintures figuratives dans lesquelles le corps humain tient une grande place, entouré d'animaux fabuleux, de diables et d'idoles. Ses emprunts formels sont faits à l'art moderne, à l'art byzantin, au Quattrocento, aux peintures rupestres africaines, aux sculptures romanes, à l'art de sa région (Benevento) et à l'art brésilien (Anticamera, 1982). En abordant des matériaux divers (fer, bronze, cuivre, bois), des techniques variées (mosaïques, Mosaico profano, 1983 ; sculpture, Giardino Chiuso 1982), il garde pour véritables sujets celui de l'art et les problèmes de la peinture (idée, lumière). Sa gamme chromatique varie du brun-ocre à des couleurs chatoyantes (Sans titre, 1982, Berlin, N. G. ; En Do Ré, 1989). Il est présent dans les coll. du M. O. M. A. de New York et dans les musées européens. Une exposition, " Chambres italiennes ", a été consacrée à Paladino (Naples, musée Pignatelli) en 1996.