En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ferdinand Johann Heinrich Olivier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Dessau 1785 – Munich 1841).

Il commence à Dessau ses études de paysagiste, puis il séjourne à Dresde (de 1804 à 1806), où il est frappé par l'art de Friedrich et à Paris (mission diplomatique de 1807 à 1810), où il étudie les maîtres anciens. Entre 1808 et 1810, il exécute ses premières œuvres importantes, la Cène et le Baptême du Christ (église de Wörlitz), dans la tradition des Primitifs flamands. En 1811, il s'installe à Vienne. Sa rencontre avec J. A. Koch eut une influence décisive sur la formation de son style austère de paysagiste pénétré par l'esprit nazaréen (la Vallée avec les frères cloîtrés, 1814, Francfort, S. K. I.). Les personnages de ses tableaux sont le plus souvent empruntés à l'histoire religieuse et à la Bible. Lors de ses voyages en 1815 et 1817, en compagnie de Josef Anton Koch, puis avec son frère Friedrich et Julus Schnorr von Carolsfeld, il découvre dans les sites du Salzkammergut ses motifs de prédilection (Paysage de Berchtesgaden, 1817, musée de Leipzig ; le Couvent des Capucins à Salzbourg, 1826, id.). En 1817, il devint membre — le seul à n'avoir pas visité l'Italie — de la confrérie de Saint-Luc à Vienne. Il coédite la revue Janus (1818-19) et publie en 1823 son cycle de lithographies, les Sept Jours de la semaine, représentés par des sites de Salzbourg et de Berchtesgaden.

Ferdinand Olivier a également peint des paysages, aux tonalités plus chaudes, influencés par l'Italie et Poussin après le retour d'Italie de ses frères, en 1825 (la Captivité des Juifs à Babylone, v. 1830, musée de Lübeck ; Paysages, 1838, musée de Bâle). Avec le Nazaréen Schnorr von Carolsfeld, il se rendit à Munich en 1830 et fut nommé professeur de dessin à l'Académie (1833).

Friedrich Woldemar (Dessau 1791 – id. 1859) . Frère du précédent, il poursuit d'abord des études de sculpture, puis se consacre à la peinture, qu'il étudie en autodidacte. Après avoir accompagné son frère à Paris, il s'installe à Vienne en 1811 et y travaille avec Ferdinand, dont il subit l'influence. En 1818, il part pour Rome avec Schnorr von Carolsfeld, revient à Vienne (1823-1829) et peint des paysages méditerranéens idéalisés ainsi que des portraits. Le Paysage avec un cavalier peut être considéré comme l'œuvre la plus marquante de cette époque (v. 1825, musée de Leipzig). Plus tard, il collaborera avec Schnorr von Carolsfeld à l'exécution des fresques de la Résidence de Munich et peindra des paysages des environs de cette ville. À partir de 1850, il réside à Dessau.

Son frère Heinrich (Dessau 1783 – Berlin 1848) fut également peintre. Formé d'abord à Dessau, il suivit Ferdinand à Vienne. La Sainte-Alliance (1815, Dessau, Staatliche Kunstsammlung), peinture très gothicisante par sa technique comme par sa composition, est l'un de ses meilleurs tableaux.