En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hendrick Ten Oever

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Zwolle 1639  – id.  1716).

Resté très ignoré, peut-être à cause de son activité provinciale, il mérite d'être connu dans la mesure même où sa situation marginale a renforcé une originalité pleine de saveur. Élève d'une portraitiste, Eva Van Marle, il débute lui-même comme portraitiste local et, en tant que tel, bien modestement (son plus ancien tableau daté est de 1670). Puis il gagne Amsterdam, apprend chez son cousin Cornelis de Bie et se fait connaître assez vite (dès 1663, il dessine son portrait dans l'Album amicorum du professeur Heyblock d'Amsterdam, aux côtés de Van der Neer et de Van de Cappelle). Après la mort de C. de Bie, en 1665, on retrouve Oever à Zwolle, où il se marie en 1675. À côté d'une abondante production de portraitiste, dans la manière mondaine en vogue à Amsterdam dans la seconde moitié du siècle, sous l'influence de Van der Helst, certains portraits de Prédicants de Zwolle (Zwolle, Grootekerk) restent d'une belle et prenante rigueur ; ce sont surtout les paysages d'Oever qui méritent attention, souvent confondus avec ceux d'Albert Cuyp ou de Potter, aux signatures plus flatteuses, ou encore d'Ossenbeek ou de Joris Van der Hagen ; ils sont pourtant exceptionnels dans leur parti pris insolite d'immenses étendues sous une lumière insistante qui cisèle les choses, comme dans le très curieux Paysage aux environs de Zwolle (Édimbourg, N. G.), avec des baigneurs au premier plan, longtemps attribué à Cuyp, mais en fait signé et daté de 1675, presque irréel dans sa précision figée et limpide. D'autres paysages non moins poétiques sont à signaler à l'Inst. of Arts de Detroit (faussement signés Potter, 1645), au musée de Twenthe, et au musée Bredius de La Haye, où le Coin de bois avec ruine (signé) a la densité fouillée d'un Courbet. Un tableau original au musée de Zwolle, la Carcasse de porc, visiblement inspiré du Bœuf écorché de Rembrandt, présente, en mineur, les mêmes qualités.