En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Roderic O'Conor

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre irlandais (Roscommon 1860  – Neuil-sur-Layon, Maine-et-Loire, 1940).

Ce membre du groupe de Pont-Aven, ami de Gauguin et de Séguin (avec qui il échangera une correspondance précieuse), étudie en Angleterre avant de suivre les cours de l'école des Beaux-Arts de Dublin (1879-1883). Il s'inscrit ensuite aux cours de l'Académie des beaux-arts d'Anvers. Son installation en France sera définitive et, dès 1887, il se trouve à Pont-Aven. O'Conor habite alors Paris et il se rend souvent à Grez-sur-Loing, où il retrouve des artistes étrangers, scandinaves, anglais et américains pour s'initier à l'impressionnisme. Son art, très personnel, est parfois proche de celui de Gauguin : il simplifie les formes ; cependant, l'utilisation des couleurs pures témoigne de son admiration pour Van Gogh (River Landscape, 1887 ; la Colline noire, 1890-91, Belfast, Ulster Museum). En 1893, au Pouldu, il fait des eaux-fortes sans doute sous l'impulsion de Séguin. Expressionnistes, elles représentent un point capital de son œuvre mais évoluent ensuite vers un style plus conventionnel.

Fortuné, il aide souvent ses amis, en particulier Séguin et Filiger. À Paris, O'Conor appartient au groupe d'intellectuels anglo-saxons qui se retrouvent au Chat-Blanc : Alexander Harrison, Clive Bell, Paul Bartlett, le peintre et critique Roger Fry, etc.

À partir de 1905, il ne retournera plus en Bretagne. En 1933, année de son mariage, il achète une maison dans le Maine-et-Loire et partagera désormais son temps entre Paris et Neuil-sur-Layon.