En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adam Van Noort

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Anvers 1562  – id. 1641).

Maître longtemps oublié malgré le superbe portrait qu'en avait fait Van Dyck, puis mal compris par les érudits du xixe s., qui, à partir d'une fausse attribution — la Pêche miraculeuse de l'église Saint-Jacques d'Anvers aujourd'hui définitivement rendue au jeune Jordaens —, confondirent toute une partie de son œuvre avec celle de Jordaens, Van Noort, redécouvert finalement en 1928, n'est que l'un des nombreux représentants de ce Maniérisme tardif classicisant, disons même " réactionnaire ", sorte d'académisme glaçant et correct, dérivé de Floris et des Italiens (les Zuccari), qui caractérise tout le milieu " romaniste " des peintres d'histoire à Anvers à la fin du xvie s., de Backer à Venius, et dont Rubens — il ne faudrait jamais l'oublier — a su tirer en ses débuts le meilleur profit stylistique. Aussi bien Van Noort fut-il avant Venius et après Verhaecht l'un des maîtres de Rubens et par son atelier passèrent encore des peintres célèbres comme Hendrick Van Balen, qui resta très attaché à son style d'une élégance un peu compassée, Sébastien Vrancx et bien sûr Jordaens, qui devint même son gendre en 1616 après avoir été son élève dès 1607 et qui habita d'abord chez lui puis le recueillit.

Fils du peintre cartonnier de vitraux, Lambert Van Noort, franc maître en 1587, artiste sans forte originalité, Adam Van Noort a laissé peu d'œuvres signées, ou qui puissent être attribuées avec certitude. Citons parmi ses tableaux la Prédication de saint Jean-Baptiste (1601) et une Adoration des mages, signées, toutes deux à la maison de Rubens à Anvers, un Christ bénissant les enfants au musée de Mayence, bien comparable à des œuvres d'un Hieronymus ou d'un Ambrosius Francken, enfin deux Christ bénissant les enfants à Bruxelles (M. R. B. A.), dont l'un, assez tardif, mais signé montre que Adam Van Noort, abandonnant son premier style maniérisant, finit par pasticher Jordaens lui-même. De Van Noort on connaît aussi quelques dessins et d'assez nombreuses gravures de livres exécutées sur son invention : citons ainsi 5 dessins datables de 1608 par la gravure, 9 autres de 1630 au musée Plantin Moretus d'Anvers, au Louvre, au B. V. B. de Rotterdam, au British Museum. Parmi ses graveurs, on mentionnera notamment Pieter de Jode, Charles Mallery, Adriaen Collaert, Gillis Van Breen, Theodor Galle. Il semblerait qu'un artiste homonyme, néerlandais et paysagiste, ait existé au xviiie siècle.