En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter de Neyn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Leyde 1597  –id.  1639).

À cause de sa signature, qui est fréquemment P. N., il a été longtemps confondu avec le graveur Pieter Nolpe. Élève d'Esaïas Van de Velde, il a d'abord peint des Combats dans la manière alerte de ce dernier (des exemples sont connus, datés de 1625 et de 1626), que l'on retrouve encore dans le paysage de 1626 du musée de Leyde. Peu après, l'influence de Van Goyen s'impose au point de permettre des confusions (en 1627, les deux artistes signent ensemble un acte notarial, ce qui confirme leurs relations). L'évolution de Neyn est alors rigoureusement parallèle à celle de Van Goyen et, à partir du modèle commun, Esaïas Van de Velde, tend elle aussi vers un paysage " moderne " de plus en plus plat et dominé par le ciel, tandis que le sol est balayé par une forte traînée de lumière (exemples dans les musées de Mayence [1631], de Kassel, de Cambridge [Fitzwilliam Museum], de Munich [1633, Alte Pin.]). En général, la manière de Neyn paraît plus rude et plus nette, rappelant Salomon Van Ruysdael, plus contrastée, que celle de Van Goyen. À partir de 1632, Neyn devient tailleur de pierre de la ville, fonction qu'il avait déjà exercée en 1620-1624, tout en continuant à peindre.