En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Estebán Márquez

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (La Puebla de Guzmán, prov. de Huelva ? v. 1640  – Séville 1696).

Sa vie est mal connue. Venu de son Estrémadure natale à Séville, élève d'un oncle, Fernando Marqués, Márquez aurait connu des jours difficiles après la mort prématurée de son oncle, travaillant dans un atelier " industriel " spécialisé dans l'imagerie pieuse à destination de l'Amérique. À force de persévérance, il se serait parfaitement assimilé le style de Murillo, dont il devint un des imitateurs les plus appréciés pour l'agilité du dessin et la fraîcheur du coloris. Mais il n'est pas facile aujourd'hui d'apprécier son abondante production pour les églises sévillanes, peu d'œuvres étant restées in situ. Les plus louées par Ceán, les 8 scènes de la Vie de la Vierge du couvent des Trinitaires, ont quitté l'Espagne en 1808 et ont été vendues à Londres en 1810 comme originales de Murillo (le Mariage de la Vierge, Raleigh, Museum of Art). Les tableaux que l'on peut voir à Séville, ceux de l'université (le Christ avec les enfants, 1694 ; le Miracle des pains et des poissons), ceux du musée (Saint Augustin et l'Enfant Jésus, Apparition de la Trinité à saint Augustin, Saint Joseph et l'Enfant Jésus) provenant du couvent de S. Agustín, le grand Apostolado processionnel de l'hôpital de la Sangre (le Christ, la Vierge et les douze Apôtres), manifestent un style plus " monumental ", peut-être, que celui de Murillo, mais un dessin moins ferme et moins sûr.