En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mytens

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres néerlandais.

Daniel le Vieux (Delft v. 1590  – La Haye 1647). Il fit carrière en Angleterre, s'inscrivit à la gilde de Saint-Luc de La Haye en 1610 et fut probablement l'élève de Mierevelt. Ses premières peintures datent de 1610. Il se trouvait en Angleterre vers 1618, année où il exécuta un portrait du comte d'Arundel. Il fut introduit auprès de Jacques Ier en 1619 et devint peintre de la Cour à la mort de Van Somer. C'est ainsi qu'il exécuta de nombreux portraits du roi et de la noblesse anglaise, conservés à Hampton Court et à Buckingham Palace. En 1624, le roi lui accorda une pension à vie, et, en 1625, son successeur, Charles Ier, le nomma " dessinateur auprès du roi " et l'envoya aux Pays-Bas pour étudier les récentes innovations dans l'art du portrait. La première manière de l'artiste est illustrée par le portrait du Duc de Nottingham (1620, Londres, Greenwich Maritime Museum), où le manque d'élégance est compensé par la solidité du personnage. Mytens semble avoir été influencé par la collection de peinture vénitienne de Charles Ier, et son Charles Ier en tenue de l'ordre de la Jarretière (1633, Wentworth Woodhouse) dénote une plus grande maîtrise de la couleur et un style plus raffiné. Mais, lors de l'arrivée de Van Dyck en Angleterre, Mytens fut supplanté par ce dernier dans sa charge de peintre à la Cour. En 1635, il revint à La Haye, où il fut le maître d'A. Hannemann.

Isaac ( ? 1602 – La Haye 1666). Frère du précèdent, il fut, comme lui, portraitiste. Il est cité en 1622 à La Haye, où il est inscrit à la gilde de Saint-Luc, en 1632 à Amsterdam et v. 1662 au Portugal comme peintre officiel de la Cour.

Jan ou Johannes (La Haye v. 1614 – id. 1670). Neveu et élève de Daniel le Vieux, il fut inscrit en 1639 à la gilde de Saint-Luc de La Haye et participa en 1656 à la fondation de la Confreria Pictura de La Haye, dont il fut commissaire en 1669 et en 1670 ; il peignit, dans un goût vandyckien influencé par J. de Been et Lely, d'élégants portraits de la noblesse néerlandaise et de la famille régnante : Portrait d'une famille (1638, Versailles), Jacob Cats et Cornelia Baars (1650, Rotterdam, B. V. B.), Jacob de Witte (1660, Rijksmuseum), Maria de Witte (1661, id.), Marie Henriette d'Angleterre (Mauritshuis), une Princesse d'Orange (id.), Hendrick Van Brederode (id.), Portrait d'homme (1667, musée de Reims). Le musée de Rennes conserve de lui un important tableau, le Mariage du Grand Électeur de Brandebourg (1646).

Daniel le Jeune (La Haye 1644 – id. 1688). Fils et élève de Jan, il fut portraitiste et décorateur. En 1666, il partit pour Rome, où il se lia d'amitié avec Maratta, et, en 1688, fut doyen de la Confreria Pictura de La Haye ; tout comme son père, il peignit des portraits : Vieil Homme (1681, Stockholm, Nm).

Martinus le Vieux (La Haye 1648 – Stockholm 1736). Fils et élève d'Isaac, il fut inscrit à la Confreria Pictura en 1667. De 1677 à 1736, il fut peintre officiel à la cour de Stockholm, mais il est cité de 1697 à 1701 aux Pays-Bas. Comme son père, il peignit des portraits, dont celui de Pieter Van Breda du Nm de Stockholm.

Martinus le Jeune (Stockholm 1695 – Vienne 1770). Portraitiste, miniaturiste et peintre sur émail, il est le fils et l'élève de Martinus le Vieux ; il quitta la Suède en 1714 et voyagea aux Pays-Bas, en Angleterre et en France ; il était à Dresde en 1720 et à Vienne en 1721 ; puis il alla en Italie (Venise en 1723, Rome de 1724 à 1727) et enfin retourna à Vienne, où il fut nommé peintre officiel de la Cour, puis, en 1759, directeur de l'Académie. Spécialiste de la peinture sur émail, il exécuta aussi des portraits sur toile, proches de ceux de Largillière : l'Empereur François Ier (Mauritshuis), l'Impératrice Marie-Thérèse (id.).