En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Mulready

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre irlandais (Ennis, Irlande, 1786  – Londres 1863).

Il se forma auprès du sculpteur Banks, puis à la Royal Academy, dont il suivit les cours de 1800 à 1805. Élève de John Varley, il se lia avec deux autres élèves, John Linnell et William Henry Hunt. Marié à dix-huit ans à la sœur de Varley, il fut contraint de concilier sa peinture avec le goût de ses clients, pour gagner sa vie et élever sa famille qui devait lui apporter de nombreux déboires.

Il exposa d'abord des paysages (5 esquisses de paysages, Londres, V. A. M.). Puis, vers 1809, il aborda la scène de genre à la manière de Wilkie en puisant ses thèmes dans le monde des enfants. Le Combat interrompu (1816, Londres, V. A. M.) lui valut exceptionnellement d'être élu R. A., alors qu'il n'était A. R. A. que depuis 1815. Vers 1820, il changea de manière : il commença à utiliser des couleurs vives étendues en couches minces sur un fond blanc et montra un plus grand souci de précision dans son dessin.

De 1839 à 1848, il exécuta ses chefs-d'œuvre (le Sonnet, 1839, Londres, V. A. M.), où il donnait dans le goût mélodramatique de l'art victorien, insistant sur le côté moralisateur : Enseigne à l'enfant la voie à suivre, devenu vieux il ne s'en détournera pas (1841, coll. du Forbes Magazine, New York), qu'il considérait comme sa toile la plus achevée ; gravement endommagée dans un incendie, il la retoucha lui-même et refusa de la peindre à nouveau. Illustrateur de The Vicar of Wakefield en 1843, peintre de genre (le Choix de la robe de mariage, 1845, Londres, V. A. M.), il fut un excellent professeur de dessin et multiplia sur la fin de sa vie les études de nus, qu'il utilisa dans quelques scènes de Baigneuses surprises (1849, Dublin, N. G.). Il eut une forte influence par sa technique sur les peintres préraphaélites et connut un réel succès.

Lors de l'Exposition internationale de Paris en 1855, il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur. Son œuvre est particulièrement bien représentée à Londres (V. A. M.) et à la N. G. d'Édimbourg. Une exposition rétrospective lui a été consacrée à Londres, Dublin et Belfast pour le bicentenaire de sa naissance.