En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Frederick de Moucheron

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Emden 1633  – Amsterdam 1686).

Élève de Jan Asselijn à Amsterdam avant 1652, il se rendit en France, et peut-être en Italie, entre 1655 et 1658. Il est cité à Anvers, puis en 1659 à Amsterdam, qu'il ne quitta plus, sauf en 1671, pour aller à Rotterdam. Influencé par Jan Both, Jan Hackaert et Karel Dujardin, il exécuta de calmes et clairs paysages italianisants dont les figures ont été souvent peintes par Jan Lingelbach (Paysage italien, l'Embuscade, Mauritshuis ; Paysage italien, musée de Kassel) ou par Adriaen Van de Velde (le Départ pour la chasse, Louvre ; Paysage, Dijon, musée Magnin ; Paysage, Rotterdam, B. V. B. ; Figures dans un jardin italien, Londres, N. G. ; Paysage italien, musée de Kassel ; Paysage italien, Hambourg, Kunsthalle). L'Ermitage, la N. G. d'Édimbourg, les M. R. B. A. de Bruxelles, le Rijksmuseum, l'Alte Pin. de Munich, les musées de Strasbourg, de Leyde, de Bordeaux, de La Fère, de Narbonne, de Rouen conservent des paysages de l'artiste.

Son fils Isaac (Amsterdam 1667 – id. 1744) fut son élève. Il alla en Italie de 1694 à 1697 env. et, tout comme son père, fut un paysagiste fort doué, créateur du paysage décoratif, genre à part dans le paysage italianisant. Influencé par le Classicisme français et surtout par Dughet, mais aussi par F. Van Bloemen et Van Wittel qu'il a pu rencontrer, il donna, après 1670, des vues de parcs et de jardins (Parc avec bassin et fontaine, Rijksmuseum) ou des paysages arcadiens (Paysage, 1698, musée de Montpellier ; Paysage italien, musée de Saint-Étienne) où l'illusion de la réalité est remplacée par une représenation plus idéalisée, celle du décorateur. Il s'y insère souvent des figures peintes par Jacob de Wit, Verkolje, J. Huchtenburg ou Adriaen Van de Velde. En 1734, il reçut, avec J. de Wit, une importante commission, un décor pour une maison patricienne d'Amsterdam, l'Histoire de Jephté, qui existe toujours (162, Herengracht). Il grava d'après Dughet et nous a laissé un nombre assez important de dessins, précis et détaillés mais d'un effet très décoratif (Louvre ; Rijksmuseum ; Albertina ; Londres, V. A. M. ; Berlin, cabinet des Dessins).