En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Motherwell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Aberdeen, Washington, 1915  – Provincetown 1991).

Il étudia quelque temps la peinture à l'école des Beaux-Arts de San Francisco avant d'entrer à l'université Stanford, où il obtient le " B. A. " de philosophie en 1937. Il poursuivit ses études à Harvard et en 1938, lors d'un voyage en Europe, passa l'été à l'université de Grenoble. Doué d'un sens spéculatif aigu, il s'intéressa aux théories du Surréalisme et devint l'ami intime du peintre chilien Matta, en compagnie duquel il peignit en 1941 à Mexico. Il se trouva ainsi placé dans une position privilégiée pour participer aux mouvements qui conduisirent à l'Expressionnisme abstrait. Il exposa pour la première fois à l'exposition surréaliste internationale de New York (1942), puis à la gal. Art of this Century de Peggy Guggenheim (1944). Il enseigna en 1945 à Black Mountain College et fonda en 1948 avec Rothko, Hare et Baziotes l'école Subjects of the Artists, qui par la suite devint un groupe de débats entre artistes réputés, familièrement connu sous le nom de " The Club ". Comme ses collègues de l'école de New York, il préfère travailler dans les très grands formats (les toiles de l'" Open Series ", commencées en 1967, en témoignent). La partie la plus connue de son œuvre est, comme celle de Kline, réduite au blanc et au noir. Motherwell, cependant, contrôle davantage son travail, dont l'inspiration est d'un caractère plus universel. Son œuvre reflète d'autre part ses vastes connaissances théoriques et une très grande curiosité qui n'exclut pas les problèmes politiques. Un de ses thèmes les plus fréquemment repris au travers de multiples versions porte le titre d'Élégie pour la République espagnole (1961, Metropolitan Museum). Motherwell est également très admiré pour une série magistrale de collages exécutés vers la fin des années 40 (The Elegy, 1948, Cambridge, Mass., Fogg Art Museum). Il est en même temps l'auteur d'œuvres de petites dimensions, d'un caractère intime, comme les variations intitulées Beside the Sea (v. 1960-61, Hanover, Penns., coll. Sophie et Boris Leavitt), où les bleus étincelants et les verts, évocations de la côte méditerranéenne, succèdent à l'atmosphère dramatique des élégies espagnoles. On ne saurait oublier enfin qu'il a été l'éditeur de plusieurs publications telles que Possibilities (1947-48), The Documents of Modern Art (1944-1951) et Modern Artists in America (1952). Une rétrospective lui a été consacrée au M. A. M. de la Ville de Paris en 1977. En 1982 a eu lieu l'ouverture de la galerie Motherwell au Musée national bavarois d'Art moderne de Munich.