En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Olivier Mosset

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre suisse (Berne 1944).

Assistant de Daniel Spoerri et de Jean Tinguely au début des années 60, Olivier Mosset se joint en 1966 à Buren, Toroni, Parmentier, lorsque ceux-ci procédèrent à une rupture avec toute démarche artistique personnelle se référant à un style. Ces artistes exposent dès 1967 sous le sigle B.M.P.T. Il s'agit pour eux de gommer tout apport de la subjectivité pour s'en tenir au fait pictural, à la trace du geste. Dans cette recherche d'autonomie du tableau, Mosset réalise, jusqu'en 1971, une série de toiles identiques, des carrés blancs d'un mètre de côté, marqués au centre d'un cercle noir (Sans titre, 1970, Saint-Étienne, musée d'Art moderne). Il en expose ainsi soixante à Jouy-en-Josas (H. E. C.), en 1970. Leur succèdent à partir de 1974 des œuvres faites de bandes de tons alternées, dont l'écart se réduit de plus en plus jusqu'à l'uniformité (Sans titre, 1976).

En 1978, il s'installe à New York, où, pendant dix ans, il explore les possibilités du monochrome (Sans titre, 1982, Lucerne, Kunstmuseum). Au gré des séries souvent liées à des facteurs aléatoires, il varie les formats, les couleurs et leurs qualités pour confronter le regard à la seule matérialité de la peinture, Bandwagon, 1988).

Depuis la fin des années 80, il réintroduit dans ses toiles la bichromie à travers une figure géométrique élémentaire, Double Reverse, 1987, Spinner, 1992), une lettre, des bandes (Ed. Formica 1875 C, 1988), ou des cercles comme dans GI's Mission (1986, musée de Grenoble). Olivier Mosset est bien représenté dans les musées français et suisses et dans les collections particulières. Une exposition lui a été consacrée (Bruxelles, gal. Ledune ; Sion, musée cantonal des B. A.) en 1994.