En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ennio Morlotti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Lecco 1910-Milan 1992).

Élève de Carpi et de Funi à l'Académie Brera, il participa au mouvement Corrente. Le paysage, thème dominant de son œuvre, le rattache au xixe siècle lombard. À partir de Cézanne, Morlotti parvient à une interprétation nouvelle et personnelle du Naturalisme. Dès ses premières peintures, le paysage est composé de quelques éléments (ciel, collines couvertes de maïs, fleuve), superposés en zones horizontales, qui limitent la vision à des dimensions humaines et familières. L'artiste atteint peu à peu à une perspective sans profondeur où est réuni chaque élément descriptif ou symbolique. Pour suggérer la matière élémentaire (terre, foisonnement des plantes, fleurs), il pose directement sur la toile une pâte riche et onctueuse, aux tonalités profondes et naturelles, qu'il étend en couches successives, créant ainsi des images d'une immédiateté physique et nettement caractérisées (Artichauts, 1954). Après avoir participé à l'expérience du Fronte Nuovo dell'Arti et subi au cours de l'année 1947 l'influence de Picasso, il participe au groupe des Huit (Otto pittori italiani) avec Afro, Birolli, Corpora, Moreni, Santomaso, Turcato et Vedova, dont l'activité se poursuivra jusqu'en 1954. Dans les années 60 et 70, le sujet (paysages, nus, natures mortes) perd de sa lisibilité, au profit de lourds empâtements de peinture.