En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

George Morland

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre anglais (Londres 1763  – id.  1784).

Élève de son père, le peintre Henry Morland, il manifesta un talent précoce et, dans sa jeunesse, répara et falsifia maint paysage néerlandais du xviie s. Il resta auprès de son père en qualité d'apprenti de 1777 à 1784 et exposa pour la première fois, en 1773 et jusqu'en 1804, à la Royal Academy, dont il était également l'élève. Il exposa aussi à la Society of Artists et à la Free Society of Artists. Il débuta comme portraitiste, mais dut sa réputation à des scènes de genre dans le style de Wheatley. En 1786, il épousa la sœur du graveur William Ward, et ses œuvres furent dès lors diffusées par la gravure. Bien que Morland eût mené joyeuse vie en mauvaise compagnie, son œuvre est d'une surprenante fécondité. Sa meilleure période se situe de 1788 à 1798 (l'Intérieur d'étable, 1791, Londres, N. G. ; Campement de bohémiens, 1790, Detroit, Inst. of Art) ; en 1799, il représenta quelques vues des côtes de l'île de Wight. Morland exécuta généralement des scènes de genre de style champêtre où figurent des personnages dans des fermes, des animaux à l'étable, ou des scènes d'hiver (exemples à New Haven, Yale Center for British Art). Ces œuvres n'ont aucune portée intellectuelle, mais témoignent d'une technique parfaitement accomplie, au métier souple, et d'une touche presque baroque. La Porte de la taverne (1792, Édimbourg, N. G.) est un bon exemple de la maturité de l'artiste.