En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Baptiste Monnoyer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Lille v. 1636 – Londres 1699).

Principal spécialiste en son temps de la peinture de fleurs, il est reçu à l'Académie en 1665 (morceau de réception au musée de Montpellier). Collaborateur de Le Brun, il travaille pour les Gobelins (bordures de tapisseries) et peint de nombreux vases de fleurs pour les appartements de Versailles (quelques-uns conservés), de Marly, de Saint-Cloud et des principales demeures royales en même temps que pour de riches particuliers. La fin de sa carrière s'écoule à Londres, où, appelé par lord Montagu en 1690, il fait apprécier son style décoratif, ses fleurs et ses vases précieux, souvent placés dans un décor de draperies et d'architecture fort éloigné de la simplicité des natures mortes françaises antérieures. Plusieurs de ses compositions ont été gravées. D'innombrables tableaux, natures mortes avec des fleurs pour la plupart, lui sont attribués à tort ; le Louvre, le musée des Arts décoratifs à Paris, les musées de Nancy et de Lille offrent des exemples indiscutables de son art. Le fils de Monnoyer, Antoine (Paris 1672 - Saint-Germain-en-Laye 1747) , continua sa tradition (Natures mortes de fleurs au Nm de Stockholm et aux musées de Narbonne et des Arts décoratifs de Lyon), qui devait trouver en son élève, Belin de Fontenay, le plus brillant des interprètes.