En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Laurens Mol

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste néerlandais (Breda 1946).

Après une formation de menuisier-ébéniste (1959-1963), Mol passe par l'Académie Saint-Joost, à Bréda, dans la section photographique. L'ensemble de son œuvre est une recherche sur l'essence de l'art à travers la relation propre que l'être humain — en l'occurrence l'artiste — entretient avec le monde. Cette recherche prend forme dans un travail photographique où l'artiste se met en scène en se représentant lui-même et en créant des " photos-sculptures " à partir de 1970. Mol ne sculpte pas des personnages, mais donne corps à des concepts sculpturaux, ainsi dans The Dying Slave, 1972, où il prend l'apparence d'un esclave de Michel-Ange, identifiant œuvre et artiste. Une série d'œuvres interroge, par une représentation simple et ambiguë, l'idée ou la sensation d'espace (le Firmament laxatif, 1979, coll. de l'État, La Haye) et des phénomènes à l'intérieur de celui-ci, comme la gravité (le Domptage, 1978).

À partir des années 1980, il commence à combiner photographie et objets, cherchant à accentuer la réalité des œuvres par les matériaux qu'elles utilisent ; il montre un nouvel intérêt pour le rapport au réel créé par l'usage d'objets tout en jouant sur les qualités métaphoriques des matériaux : ainsi Sans titre (le témoignage anonyme), coll. de l'État, La Haye, met en parallèle une accumulation de tuiles au sol et la photographie d'un oiseau mort. Cette recherche de la place de l'artiste dans le cosmos, qui aborde le lien entre le visible et l'invisible, prend un aspect quasiment alchimique. Mol joue souvent alors à la fois sur l'usage d'objets connotés, tel l'entonnoir (Puits de l'oubli), et sur la tradition de l'histoire de l'art à travers l'œuvre d'artistes " hermétiques " comme Yves Klein (Densité de connaissance, 1986). Cette vision du cosmos se marque également dans des tableaux composés avec du charbon de bois et du soufre liés au lait condensé (Terminus — Terra minus, 1987).

Mol a participé régulièrement à de grandes manifestations internationales d'art contemporain (Xe biennale de Paris, 1978, VIe biennale de Sidney, 1986 ; Biennale de Venise, 1988) et a fait l'objet d'expositions personnelles : Stedelijk Museum, Amsterdam, 1977 ; Kunsthalle, Bâle, 1981 ; Konsthall, Malmö, 1987 ; musée des Beaux-Arts, Valence, 1988.