En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Van Mieris

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Dynastie de peintres néerlandais.

Frans le Vieux (Leyde 1635  – id. 1681). Il fut l'élève de Toorenvliet, de Van den Tempel et surtout de Gerrit Dou, et fut inscrit à la gilde de Saint-Luc de Leyde en 1658, dont il devint commissaire de 1662 à 1665 et doyen à cette dernière date. Auteur de portraits et de scènes de genre, il peignit dans un style minutieux, au coloris harmonieux, dérivé de celui de Dou, à qui il emprunta, notamment, le thème du personnage en buste vu dans l'encadrement d'une fenêtre ; à l'égal de Dou, il est sans doute l'un des plus brillants représentants des fameux fijuschilders — les " peintres précieux " — de l'école de Leyde. Mais la perfection de son métier et la délicate fermeté de son coloris, plus chaud et plus lumineux que celui de Dou, font de lui un peintre remarquable, capable de quelques beaux effets poétiques : à cet égard, on citera ses nombreux Autoportraits (Munich, Alte Pin. ; 1674, Londres, N. G.), les Portraits de sa femme (Londres, N. G. ; Munich, Alte Pin.), de son fils Jan et de sa Famille (Offices), et surtout quelques admirables scènes d'intérieur, comme les Bulles de Savon (1663, Mauritshuis), la Causerie (1673), la Lettre (1680, Rijksmuseum), le Duo (musée de Schwerin), aux accents très vermériens, la Dame au miroir de Munich (Alte Pin.). Mieris fut le maître de Carel de Moor, d'Ary de Vois et de ses deux fils : Jan et Willem.

Jan (Leyde 1660 – Rome 1690). Inscrit en 1686 à la gilde de Leyde, il partit en 1689 pour Venise, puis visita Florence et Rome, où il mourut. Il peignit des portraits (Jeune Homme, Rijksmuseum) et des scènes de genre (Dame et cavalier, Londres, Wallace Coll.) proches de ceux de Gérard de Lairesse, avec qui il travailla.

Willem (Leyde 1662 – id. 1747). Inscrit en 1683 à la gilde de Leyde, dont il devint commissaire en 1697-98 et doyen en 1699-1700, l'artiste fut d'abord influencé par le style de son père et peignit — avec plus de sécheresse et plus de froideur — des scènes de genre et des portraits, puis, tout comme Gérard de Lairesse, des paysages mythologiques et historiques d'une facture porcelainée proche de celle d'Adrien Van der Werff. Citons le Marchand de gibier (Louvre ; Dresde, Gg), l'Enlèvement des Sabines (1698, musée d'Angers), la Boutique de poissons et de volailles (1713, Londres, N. G.), Pan et Syrinx (musée de Valenciennes), la Boutique de l'épicier (1717, Mauritshuis), la Marchande de volailles (1733, Rijksmuseum). Willem fut le maître de Van der Myn.

Frans le Jeune (Leyde 1689 – id. 1763). Imitateur de son père, Willem, qui le forma, il peignit quelques portraits et surtout des scènes de genre (la Marchande de poissons, 1747, Rotterdam, B. V. B.).