En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michiel Jansz Van Mierevelt ou Michiel Jansz Van Miereveld

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Delft 1567  – id. 1641).

Élève d'Anthonie Van Blocklandt à Utrecht en 1581-1583, revenu à cette dernière date (mort de Blocklandt) à Delft, où il se maria en 1589, il était inscrit à la gilde de cette ville avant 1613, mais passait à celle de La Haye en 1625 tout en vivant surtout à Delft, où il se remaria en 1633. Son activité à La Haye est due au fait qu'il devint bientôt portraitiste attitré de la cour d'Orange-Nassau. Exécutant probe, sage et consciencieux, il se fit en effet une spécialité presque incontestée dans l'exécution de fins portraits de la haute société, vus le plus souvent en buste et sans mains, mais avec une grande précision dans les détails du costume, et jouant avec raffinement sur l'opposition du blanc des dentelles et du noir des vêtements. Ses portraits, parfois quelque peu raides, surtout après 1600, furent répétés en très nombreux exemplaires dans son atelier, sans parler d'une très active diffusion par la gravure, notamment par celle de Willem Jacobsz Delff, son beau-fils, qui acheva de faire de lui l'une des figures marquantes du portrait néerlandais au début du xviie s. Ces portraits jouent en effet un rôle essentiel dans le brillant développement de cette spécialité ; le zèle de l'atelier a même nui à la réputation de l'artiste, qui consentit trop souvent à mettre sa signature sur des répliques de qualité insuffisante. Parmi ses portraits de la famille royale, citons Maurice, prince d'Orange-Nassau (Rijksmuseum ; Mauritshuis), Frédéric V, roi de Bohême, dit " le Roi d'hiver " (Rijksmuseum ; 1613, Mauritshuis), Frédéric-Henri de Nassau (Mauritshuis), Guillaume le Taciturne (Mauritshuis), et parmi ses nombreux portraits de l'aristocratie : Portrait d'homme (Dresde, Gg), Jan Van Oldenbarneveld (1617, Louvre), Portrait de femme (Londres, Wallace Coll. et N. G. ; musée de Lyon), Maria Camerling (1634, Haarlem, musée Frans Hals), Gillis de Glarges (id. ; Chantilly, musée Condé), Jacob Cats (1639, Rijksmuseum). Il faut noter cependant qu'au début de sa carrière il se consacra à la peinture mythologique, telle qu'on la concevait à la cour de Prague. Un Jugement de Pâris (1588), conservé à Stockholm, sans doute butin de la guerre de Trente Ans, est le reflet de cette première orientation de son talent. Maître de Paulus Moreelse, W. et H. Van der Vliet, A. Palamedesz, J. Van Ravesteyn et W. Delff, Michiel eut aussi comme élèves ses fils, Jan (Delft 1604 - id. 1633) et surtout Pieter (Delft 1596 – id. 1623) , auteur d'une Leçon d'anatomie du professeur W. Van der Meer, datée de 1617 (hôpital de Delft), d'après un modèle préparé par son père.