En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Michel Meurice

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Lille 1938).

Préparée par les œuvres sur papier de 1961, la Barnum est, en 1963, la toile fondatrice de l'œuvre de Meurice. Ces horizontales tracées d'un geste, saturant l'espace de leurs variations colorées, deviendront son principal répertoire. Cet aspect systématique et réflexif de son travail l'enlève à l'abstraction lyrique pour l'ancrer dans les parages de Support-Surface. À partir de 1965, avec les films d'aluminium, puis de 1969, avec les vinyles, Meurice traverse une période plus matisséenne, dans un vocabulaire de formes simples données par pliage et découpage, et recomposées par collage. Couleur, texture, support, jeu du cadre dans l'œuvre, du tableau flottant dans l'espace, de ses déformations aléatoires dues à ses matériaux hétérogènes sont le contenu de son expérimentation.

En 1971-72, le retour au seul motif des bandes horizontales combine deux techniques, la teinture, incluant la couleur masse dans les fibres, et la peinture des reprises au pinceau. Peu à peu, les pliages, occasionnant des lacunes, des décalages, introduisent des schémas de compositions et de rythmes, que peuvent souligner des motifs de feuilles en réserve. Meurice a mené depuis 1963 une activité de cinéaste (portraits d'artistes, documentaires socio-politiques) et publié de nombreuses notes de travail. Il a exposé à l'abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d'Olonne, 1975 ; à la Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, 1977 ; au musée Picasso, Antibes, 1988.