En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adam Frans Van der Meulen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français d'origine flamande (Bruxelles 1632  – Paris 1690).

Élève de P. Snayers, il est admis dans la gilde de Bruxelles en 1648. En 1664, il arrive à Paris, où Le Brun, dont il épousera une parente, l'emploie comme paysagiste aux Gobelins, puis surtout comme " peintre des conquêtes du roi ". À ce titre, il accompagne Louis XIV dans plusieurs campagnes (notamment en Hollande), pendant lesquelles il exécute nombre de croquis, vues de villes, paysages, études diverses. Plus de 200 de ces dessins, d'une précision extrême mais en même temps elliptiques et d'une grande sensibilité, parfois relevés d'aquarelle, dans un esprit moderne, sont encore conservés à la manufacture des Gobelins.

Van der Meulen, reçu à l'Académie en 1673, fut l'un des principaux animateurs de la manufacture des Gobelins, à laquelle il fournit des dessins, des modèles (qu'ils soient ou non entièrement de sa main), de nombreux cartons (série des Mois ou Maisons royales), conservés au musée des Arts décoratifs à Paris. Parmi ses grandes compositions, l'ensemble le plus illustre, dit " des Conquêtes du roi ", fut mis en place à Marly de 1683 à 1688, et la plus grande partie en est aujourd'hui conservée à Versailles. Beaucoup de ses compositions ont été reproduites en tapisseries ou en des peintures exécutées par son atelier, notamment par les Martin, et enfin en gravures aux frais du roi. Ses tableaux de bataille placent généralement une scène (groupe d'officiers ou escarmouche de cavalerie) dans un premier plan surélevé se détachant sur un fond panoramique peint avec soin, où les taches des uniformes, la fumée de la poudre semblent s'intégrer au paysage. Admirable peintre de chevaux (études peintes au musée de Rouen), l'artiste a représenté le cortège royal dans de nombreux tableaux de chasses, de cérémonies (Louis XIV traversant le Pont-Neuf et se rendant à Notre-Dame pour assister à un Te Deum le 27 août 1660, musée de Grenoble), souvent construits selon le même principe et dont la précision ne nuit pas à l'unité colorée de l'ensemble. Paysagiste, Van der Meulen joue un grand rôle dans l'histoire de la peinture française en renouvelant une tradition flamande ancienne, mais qui avait été oblitérée par l'influence du paysage classique de Poussin et de Claude Lorrain.