En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Messagier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, sculpteur et graveur français (Paris 1920-Montbéliard 1999).

Il entre en 1942 à l'École nationale supérieure des arts décoratifs et entreprend des voyages d'étude de 1946 à 1948 en Italie et en Algérie pour compléter cet enseignement. Dès 1945, il fait une première exposition personnelle à la gal. Arc-en-ciel et réalise ses premières gravures. En 1948, il participe au Salon d'automne des moins de trente ans, au Salon des Réalités nouvelles, au Salon " comparaisons ", au Salon de mai. Il participe également à la création du Salon d'octobre en 1950 avec Charles Estienne, Degottex, Alechinsky et Dufour. À partir de 1960, ses œuvres sont présentées à plusieurs manifestations internationales dans le cadre de la jeune école de Paris, dont il est l'un des fondateurs.

L'art de Messagier, dégagé de tout rappel figuratif, s'exprime dans une écriture fluide de " tourbillons transparents " et accorde les qualités d'un graphisme incisif et souple à l'éclat coloré d'une peinture légère (Plaine battante, 1956 ; Rencontre de juillet, 1957). Pour cet artiste, attaché aux tensions et pulsations intérieures des éléments, il s'agit, dit-il, de " partir de la nature. Regrouper les émotions en gardant le plus grand affranchissement possible. Ne rien rejeter d'une furie. Préciser de grands rythmes et les ordonner " (Mars à venir, 1962 ; les Chiens au soleil levant, 1967). La Fondation Maeght en 1977, le Grand Palais en 1981, le musée de Stockholm en 1983, le musée d'Art contemporain de Dunkerque en 1985, ont organisé d'importantes rétrospectives de son œuvre, et le Carré Saint-Vincent (Orléans) a présenté ses gravures en 1996. Messagier est représenté au M. O. M. A. de New York, aux musées d'Eindhoven, de Grenoble, de Saint-Étienne, de Dijon (donation Granville), au M. N. A. M. de Paris et au Guggenheim Museum de New York.