En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Merian

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres et graveurs suisses.

Matthäus (Bâle 1593  – Bad Schwalbach 1650). Il est l'artiste suisse le plus productif de son temps. Il fit son apprentissage dans l'atelier de Dietrich Meyer à Zurich et dans celui de Friedrich Brentel à Strasbourg. Après un séjour à Paris, il revient à Bâle en 1615, où il gravera ses meilleures eaux-fortes : plusieurs centaines de paysages et de compositions de son invention, paysages fluviaux et nocturnes dans le style d'Elsheimer ; d'autres vues exécutées à la manière de Vos, de l'école de Frankenthal ou de Bril. En 1624, Merian reprend la direction de la maison d'édition artistique de son beau-père, Théodore de Bry, à Francfort. Il grave alors les plans des villes de Heidelberg, de Stuttgart et de Schwalbach d'après ses propres dessins, exécutés dans un style très libre. Ses célèbres cycles appartiennent à l'époque de Francfort : les Icones Biblicae de 1625, les 19 volumes de la Topographia Helvetiae Rhaetiae et Valesiae, qui commence en 1642, et le Theatrum europaeum, illustration de l'actualité, publié avec Matthäus le Jeune pendant de nombreuses années. Ses vues de villes suisses comptent parmi ses meilleurs travaux (Grande Vue de Genève [d'après un dessin de Claude Chastillon], v. 1641, musée de Genève). Ses enfants furent également peintres.

Matthäus le Jeune (Bâle 1621 – Francfort 1687). Il fut élève de J. von Sandrart et travailla à Londres avec Van Dyck. Continuateur de l'œuvre de son père, il peignit aussi des tableaux d'église et surtout des portraits dans le style de Van Dyck.

Kaspar (Francfort 1627 – Hollande 1687). Élève de son père, il fut son collaborateur et grava portraits, paysages et vues de ville.

Maria Sibylla (Francfort 1647 – Amsterdam 1717). Elle fut l'élève de Jacob Marrel et d'Abraham Mignon. Elle épousa en 1688 le peintre Johann Andreas Graff et s'établit à Nuremberg. Elle voyagea en 1699-1701 au Surinam, où elle peignit, à l'huile, à la gouache ou à l'aquarelle, des études de fruits, de fleurs et d'insectes. Elle a laissé des gravures pour des ouvrages d'histoire naturelle qu'elle a édités elle-même à Nuremberg, Francfort et Amsterdam.