En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Philippe Mercier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français ayant travaillé en Grande-Bretagne (Berlin 1689  – Londres 1760).

Né dans une famille de huguenots français, il connut Antoine Pesne à Berlin (1711-1715), fit un voyage en Italie, passa probablement par la France et se fixa à Londres v. 1716. Ses premières " conversation pieces ", ou portraits de groupe, tant appréciées par les amateurs britanniques, datent de 1725-26. Il connut un succès rapide et fut nommé en 1729 " Principal Painter to the Prince of Wales ", Frederick, l'un des propagateurs du rococo en Angleterre. Il travailla alors pour la famille royale (le Prince de Galles et ses sœurs, 1733, Londres, N. P. G.) mais perdit la faveur de la Cour en 1736. Il s'établit à York (1739-1751) et subsista sans difficulté grâce à ses portraits (la Famille Burton ou Scène d'intérieur à l'Écureuil, Paris, Louvre) et à ses scènes galantes, champêtres ou familières (les Cinq Sens, États-Unis, coll. Mellon ; la Séance de musique, Londres, Tate Gal. ; la Couseuse, id. ; le Jeune Dégustateur, Paris, Louvre). Ses œuvres montrent une influence directe de Watteau (l'Escamoteur, Paris, Louvre), qu'il aurait pu rencontrer à Londres, qu'il grava et dont il fit même des copies. Mais elles conservent un caractère tout britannique. Après un court séjour au Portugal (1752), Mercier revint habiter Londres. Il est représentatif des contacts artistiques franco-anglais dans la première moitié du xviiie siècle.