En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Luis Meléndez ou Luis Menéndez

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Naples 1716  – Madrid 1780).

Fils du peintre miniaturiste Francisco Meléndez, qui séjourna à Naples de 1699 à 1717, il suit à Madrid les cours de l'Assemblée préparatoire pour l'Académie de San Fernando. Classé premier en 1745, il exécute un vibrant Autoportrait (1746, Paris, Louvre) qui mêle l'influence de L. M. Van Loo à la tradition vériste espagnole et laisse présager son talent en développant ce domaine (Autoportrait, coll. Masaveu). Mais, à la suite de dissensions causées par son père, il est renvoyé en 1748. Après un séjour à Rome et à Naples, il rentre à Madrid en 1753. Tout en essayant vainement (1760 et 1772) d'obtenir la place de peintre de Chambre, il enlumine, suivant l'exemple de son père, les livres de chœur de la chapelle royale (Madrid, Palais royal). Il semble s'être ensuite exclusivement consacré au genre de la nature morte, fondée sur la représentation d'aliments. De 1759 à 1774 datent quarante-quatre natures mortes qui, en 1800, étaient regroupées au Palais d'Aranjuez ; en 1772, il mentionnait cette entreprise au roi comme étant " un divertissant cabinet avec toutes les espèces de comestibles produits par le climat espagnol grâce aux quatre éléments... " (38 peintures au Prado, dont Pommes, poires, boîtes de douceurs (1759) ou Prunes, figues, pain et récipient). Il dut également peindre pour des amateurs madrilènes. Disposés de façon plus ou moins compacte sur une table, les objets, traités avec des harmonies subtiles, ressortent vigoureusement sur un fond sombre, et la toile unit sobriété et mystère, à l'image des natures mortes du xviie s. espagnol (Oranges et noix, 1772, Londres N. G.). Curieusement, l'une de ses dernières œuvres (Fruits dans un paysage, Prado) place les fruits sur une diagonale devant un ciel de tempête. Il mourut dans la plus grande pauvreté en 1780. Deux rétrospectives ont été consacrées à l'artiste (Madrid) en 1983 et (Raleigh, Dallas, New York) en 1985.