En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fausto Melotti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste italien (Rovereto 1901  – Milan 1986).

Brillant mathématicien et physicien, ingénieur de l'École polytechnique de Milan, poursuivant des études musicales, Melotti s'initie ensuite à la sculpture avant de l'enseigner à partir de 1932. Il traverse difficilement la période fasciste, séjournant à Paris, où il adhère à Abstraction-Création, faisant partie de manifestations privées d'art abstrait en Italie, écrivant sans pouvoir publier, ne se manifestant publiquement, ayant dû abandonner la sculpture, que comme architecte d'intérieur et comme céramiste. Il n'en poursuit pas moins un œuvre titré pour toutes les pièces Scultura suivi d'un numéro d'ordre, d'une rigueur abstraite telle que ses travaux des années 30 sont, avant la lettre, quasi minimalistes. À la Libération, Melotti, tout en poursuivant sa création de céramiste et de poète, se remet à la peinture et revient à la sculpture par de petits bas-reliefs de plâtre et des figurines qui deviendront les Teatrini. Homme réservé, Melotti attend 1967 pour exposer de nouveau après trente ans d'interruption. Entre-temps, son importance historique a du moins été reconnue ; c'est ainsi qu'il est présent à l'exposition " Aspects de la première abstraction italienne, Milan-Côme, 1930-1940 " à la XXXIIIe Biennale de Venise en 1966. Ce sont d'ailleurs ses sculptures épurées des années 30 qu'il prend comme bases de son travail du moment, œuvrant maintenant sur le métal. Le Museum am Ostwald de Dortmund lui a consacré une grande rétrospective en 1971. L'Italie, où il exposa régulièrement, a suivi cet exemple par de grandes manifestations, celle du Fort du Belvédère à Florence en 1981 et celle de la G. A. M. à Rome en 1983.