En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Karel Vítězslaw Mašeck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre tchèque (Komořany 1865  – Prague 1927).

Il étudie à l'Académie de Prague auprès de Cermack, puis à Munich (1884-1886). À Paris, en 1887, il fréquente l'Académie Julian auprès de Boulanger et Lefèvre. Étudiant l'ornement et l'architecture à l'école supérieure de Technologie de Prague, il est ensuite nommé professeur à l'école d'Art décoratif. Il décora de nombreux bâtiments et églises ainsi que sa demeure, qu'il construisit.

Le Printemps (1888, Vodany, Městské muzeum a galerie), encore marqué par un certain luminisme néo-baroque qui le rapproche alors de Hynais, enregistre certains acquis du naturalisme et utilise déjà une technique papillotante. Puis, adoptant un pointillisme décoratif, Mašeck s'attache à l'univers visionnaire des légendes tchèques (la Prophétesse Libuse, 1893, Paris, musée d'Orsay). Dans ce répertoire symboliste, sa peinture sans cesse plus stylisée, mais d'une technique plus lâchée, atteint une intensité de plus en plus expressive (Nocula, 1894, Prague, Národní Galerie). Cependant, il conserve toujours une activité de peintre traditionnel liée à son intérêt pour le caractère ethnographique de la peinture (le Faucheur, 1896, Prague, id.).