En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître du Portrait d'Angrer

(Meister des Angrerbildnisses)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (actif au début du xvie s. ).

Il doit son nom à l'un des meilleurs portraits peints en Allemagne au début du xvie s., celui d'un chanoine de Brixen et de Vienne, Gregor Angrer (1519, musée d'Innsbruck). Sous un fort éclairage partant de la gauche, la figure énergique de l'ecclésiastique se détache sur le fond rouille dans une rigoureuse frontalité. Cette disposition et le fait qu'il s'agit d'un buste au modelé accusé font songer aux portraits italiens du quattrocento. La balustrade en pierre sur laquelle est fixé le " cartellino " portant le nom du personnage représenté souligne cette analogie. Outre ce tableau, qui est son chef-d'œuvre, on attribue au maître d'autres portraits, tels celui d'un Peintre (un autoportrait ?, musée d'Innsbruck) et celui d'un Couple (Schweinfurt, coll. part.), les portraits du chanoine de Brixen Han von Hanberg et celui d'un Inconnu (musée de Trente). Les visages s'inscrivent toujours en gros plan dans un cadre relativement étroit et se détachent sous un violent éclairage sur fond neutre.

À cette série de portraits, il convient d'ajouter une œuvre burlesque représentant un Bouffon à la face hilare, une marotte dans la main gauche et partageant son repas avec un petit chien. Ce tableau appartenait autrefois à la coll. O. Kling de Stockholm. On donne encore à l'artiste 2 tableaux religieux, le Sermon de saint Wolfgang et la Guérison d'un malade par saint Wolfgang (Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum).