En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître du Martyrologe de Gérone

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Enlumineur tchèque (actif à Praque v. 1410/1420).

Désigné d'après son chef-d'œuvre, le Martyrologe de Gérone (av. 1410, Gérone), manuscrit orné de 336 médaillons auquel travaillèrent plusieurs collaborateurs, le Maître du Martyrologe, représentant du style international au début du xve s., était en étroite relation avec le troisième Maître de la Bible de Conrad de Vechto (1402-1403, Anvers, musée Plantin-Moretus), qui connaissait la peinture franco-flamande et la peinture parisienne aux environs de 1400 ; il collabora non seulement au Martyrologe, mais aussi au Graduel de Lucerne (apr. 1410, bibl. de Lucerne) et au Graduel de Prague (apr. 1410, Prague, Institut d'histoire de l'université Charles IV). On estime que le Maître du Martyrologe de Gérone avait connu l'enluminure française de l'époque (Heures du maréchal de Boucicaut, débuts des frères Limbourg) ; d'après les spécialistes, il serait l'auteur des œuvres suivantes : Antiphonaire de Brno (apr. 1410, Brno, Archives d'État) ; parties de l'Antiphonaire de Sedlec (1414, musée de Budapest) ; miniature du Paradis (1410-1420, musée d'Innsbruck) ; Bible d'Olomouc (1417, Olomouc, bibl. de l'université) ; Bible de Boskovice (av. 1420, id.) ; lettre ornée de la Sainte Trinité (v. 1420, Washington, N. G.). On ajoute parfois le Graduel de Bratislava (v. 1420, Bratislava, Archives d'État) et le Missel de Vienne (Vienne, B. N.). Un des collaborateurs du Martyrologe a également illustré le Voyage de John de Mandeville (1410-1420, Londres, British Museum) et exécuté des lettrines du Livre de chœur de Vienne (v. 1420, Vienne, B. N.).

L'art du Maître du Martyrologe est caractérisé par une tendance au réalisme ; à la narration épique l'artiste ajoute une science profonde des formes. Le plus grand progrès réalisé dans ses enluminures réside dans le traitement du paysage, dont il détaille les plans différents.