En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître du Codex de Saint Georges

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (actif en Toscane, première moitié du xive s. ).

Le peintre tire son nom du Codex conservé à l'Archivio Capitolare de Saint-Pierre, au Vatican (Archivio di San Pietro, c. 129) : le cardinal Stefaneschi en écrivit le texte en Avignon, v. 1320, et commanda les miniatures qui devaient l'illustrer. L'une de celles-ci (f° 85 r) s'inspirerait peut-être de la fresque avec Saint Georges et le dragon (auj. perdue) que Simone Martini avait peinte sous le portique de Notre-Dame des Doms.

On a attribué à cet artiste des codex qui pourraient s'insérer dans sa production de jeunesse entre 1310 et 1315 : un codex à Rome (bibl. du Vatican) ; quelques enluminures d'un graduel, exécuté en 1315 pour la Badia, à Settimo (maintenant à Rome, Santa Croce in Gerusalemme) ; la couverture du livre de statut de l'arte des monetieri (daté v. 1314 ; Florence, archivio di stato), un Pontificale à Boulogne (bibl.). Une série de 17 miniatures à Berlin lui est également assignée. Ces rapports avec Avignon sont confirmés par d'autres pages enluminées (Messale, New York, Pierpont Morgan Library ; Pontificale, Paris, B. N.) et par des petits panneaux d'une facture exquise (l'Annonciation, Bruxelles, anc. coll. Stoclet ; l'Annonciation, Deux Saints, Cracovie, musée Czartoryski) ; Vierge à l'enfant et des saints à Florence (Santa Maria del Carmine) ; 4 panneaux de même format, répartis entre New York et Florence (la Crucifixion et la Mise au tombeau, Metropolitan Museum, Cloisters ; Noli me tangere et le Couronnement de la Vierge, Florence, Bargello), montrent des affinités avec la culture siennoise de la période 1320-1340. Mais on observe aussi des éléments florentins (Vierge et l'Enfant sur un trône entre des anges, saint Jean-Baptiste et saint Pierre et deux autres saints, Louvre).

La critique tend d'ailleurs aujourd'hui à insister sur les rapports de son art avec la manière de Giotto au moment du Retable Stefaneschi (Rome, Vatican) et la culture florentine des premiers élèves de celui-ci, tout en estimant qu'il a pu exécuter certaines de ses œuvres à Avignon même, où résidait le cardinal Stefaneschi.